Pas de dispense de camp scolaire au nom de l'islam

JusticeLe Tribunal cantonal déboute un père qui invoquait l’interdiction faite aux femmes musulmanes de voyager sans être accompagnée d'un parent

Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le papa d’une élève de 16 ans et demi-scolarisée à Vevey devra invoquer une autre raison pour ne pas laisser sa fille aller au camp scolaire qui aura lieu en mai prochain en Alsace.

La direction de l’établissement scolaire, puis le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), et maintenant la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal ont tour à tour refusé sa demande de dispense présentée au nom d’un principe de l’islam interdisant aux femmes de voyager sans être accompagnées d’un parent.

Les juges font la distinction entre la liberté intérieure de croire, de ne pas croire ou de changer ses convictions religieuses, garantie par la Constitution fédérale, et la liberté de croyance extérieure, laquelle peut être restreinte pour satisfaire un intérêt public ou en raison d’une base légale. Et la participation aux camps, voyages d’études ou séjours linguistiques repose précisément sur une base légale formelle.

L'interdiction faite aux femmes musulmanes de voyager seules est sujette à plusieurs interprétations. La contrainte invoquée par le père de la jeune fille repose sur l’obligation pour elle d’être accompagnée par son mari ou par un proche parent avec qui elle ne peut se marier.

Lire l'article dans son intégralité dans 24 heures de demain

(24 heures)

Créé: 14.04.2014, 18h10

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.