Un dispositif technologique pour quantifier la foule

InnovationLa société Promotion Tools compte les visiteurs d’une manifestation via le wi-fi de leurs téléphones portables.

Loïc Privet, digital project manager, et Yohann Preti, manager Romandie.

Loïc Privet, digital project manager, et Yohann Preti, manager Romandie. Image: VQH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À chaque protestation publique ou presque, surtout chez notre grand voisin français, mais également dans notre canton, la phrase se répète inlassablement: «Les manifestants étaient 10'000 selon les organisateurs, 5'000 selon la police.» Les chiffres importent peu: l’important réside dans l’écart de perception, qui exprime bien combien il est difficile de quantifier une foule.

Un premier test grandeur nature

Ces divergences pourraient bientôt appartenir au passé. La société Promotion Tools (dont le siège est à Zurich mais qui possède deux antennes dans le canton de Vaud, et qui s’occupe de gros clients – de Migros à Thomy en passant par Dyson ou Rivella) a mis au point un outil permettant de compter les gens dans l’espace public. Un test grandeur nature s’est déroulé à Montreux lors du Waterings Contest en août dernier. «Nous avons mesuré 10'000 visiteurs uniques sur toute la durée du week-end. Cela dépasse nos espérances!» se réjouit Loïc Privet, à la fois responsable communication du Waterings Contest et responsable de projet chez Promotion Tools, à Lausanne. Cette double casquette lui a permis d’expérimenter dans «sa» manifestation l’outil qu’il développe, appelé Livealytics. Des boîtiers disposés en différents points comptabilisent les personnes présentes via le wi-fi de leurs téléphones portables.

«Nous avons estimé que toute personne qui restait davantage que dix minutes sur place pouvait être comptabilisée»

Dans une manifestation gratuite comme le Waterings Contest, où des gymnastes s’élancent d’un portique d’anneaux directement dans le Léman, difficile de différencier les flâneurs du bord du lac des visiteurs venus exprès pour admirer les athlètes. Un écueil que Livealytics permet d’éviter. «Nous sommes capables de rentrer des données temporelles. En l’occurrence nous avons estimé que toute personne qui restait davantage que dix minutes sur place pouvait être comptabilisée. En effet, un passant lambda mettra trois minutes à traverser cette portion de quai en s’arrêtant un peu. S’il reste plus de dix minutes, c’est qu’il a été séduit par la manifestation. Ce week-end-là, à Montreux, environ 15 000 personnes sont par ailleurs passées sans s’attarder.»

Livealytics permet aussi d’analyser en détail la réussite de l’événement. «Nous avons pu constater deux pics de fréquentation, constate Loïc Privet: le vendredi à 20 heures, quand les gens venaient chercher leurs casques pour la Silent Party, et le dimanche à 14 heures, signe que la compétition en double a séduit, car sans cette nouveauté nous avions, à l’œil, moins de personnes les autres années.»

«Mesurer le retour sur investissement»

Au départ, Livealytics a été développé pour le marketing, pour que des enseignes mesurent l’impact de leurs stands, notamment dans des foires ou de gros événements, «quand une grande marque propose la dégustation de produits par exemple, précise Yohann Preti, responsable pour la Romandie et le Tessin chez Promotion Tools. En enregistrant à quelle distance du stand approche une personne et le temps qu’elle reste, nous sommes capables de distinguer le qualitatif du quantitatif. C’est intéressant pour nos clients, qui peuvent ainsi mesurer le retour sur investissement de leurs stands. S’il y a beaucoup de passage mais que les potentiels clients ne s’arrêtent pas, cela signifie qu’ils doivent revoir leur proposition, qui ne donne sans doute pas assez envie de s’y intéresser.»

Pour des manifestations, de surcroît gratuites, disposer de ces chiffres pourrait avoir un effet sur les sponsors ou les subventions publiques. Ainsi, le Festival de la Cité pourrait être séduit par un outil comme Livealytics. «Nos bénévoles comptent à la main les spectateurs et nous mixons ces chiffres avec ceux des consommations aux bars, explique Myriam Kridi, sa directrice. Effectuer un comptage plus précis serait intéressant, mais pas à n’importe quel coût.»

Du côté du Marché de Noël de Montreux, un comptage est également effectué depuis trois ans sur une zone délimitée des quais. «Tant par des caméras que par des bornes wi-fi, explique le directeur, Yves Cornaro. Il est plus difficile pour nous de monétiser nos visiteurs, car nous ne sommes un événement ni sportif ni culturel, même si nous faisons découvrir des pays.»

Bientôt autour des vitrines?

Les potentialités de développement sont grandes pour Livealytics. «Les manifestations sportives, notamment, pourraient être intéressées, mais nous avons aussi d’autres projets en cours, souligne Yohann Preti. Par exemple des emplacements d’affichage ou même des vitrines pourraient être loués plus ou moins cher selon la visibilité réelle, mesurée par Livealytics, qu’ils procurent. Nous avons aussi des contacts avec des communes, mais tout cela est encore confidentiel car en phase de négociations.»

Créé: 14.01.2019, 06h38

Articles en relation

Les Vaudois en force à la grand-messe mondiale de l’électronique

Innovation Onze start-up de l’EPFL et le Paléo sont présents au plus grand salon technologique du monde qui se tient à Las Vegas. Plus...

Le bénévolat en réseau comme outil de ressources humaines

Alaya La société basée à Renens a obtenu un prêt à l’innovation FIT pour développer sa plateforme de prestations aux entreprises. Plus...

Découvrez Tobi, le robot fan de politique suisse

Innovation Un nouvel outil de Tamedia offre une analyse détaillée des résultats des votations nationale, commune par commune. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...