Dix ans requis pour avoir voulu abattre sa fille

LausanneLe Ministère public a requis dix ans contre la mère qui avait tiré sur sa fille en juin 2017, la rendant paraplégique.

A * avait vidé un chargeur en direction de sa fille. Elle dit avoir agi en état de confusion, lié aux effets secondaires de médicaments

A * avait vidé un chargeur en direction de sa fille. Elle dit avoir agi en état de confusion, lié aux effets secondaires de médicaments Image: Gilles-Emmanuel Fiaux

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La procureure Ximena Paola Manriquez a requis mardi dix ans ferme contre A.*, la sexagénaire italienne qui avait tiré sur sa fille en juin 2017 dans leur immeuble de l'avenue Vinet. Restée paraplégique, la jeune femme de 29 ans aujourd'hui a imploré lundi la clémence des juges pour sa génitrice.

Le Ministère public vaudois estime que la pharmacienne reconvertie dans l'immobilier a agi par «pur égoïsme» face à une existence n'ayant pas atteint ses espoirs de grandeur et une enfant unique ne remplissant pas davantage ses attentes.

L'accusée s'était laborieusement défendue lundi, racontant avoir voulu se suicider et emporter sa fille dans la tombe. Tout en soutenant n'avoir pas vraiment préparé son geste meurtrier et avoir agi impulsivement alors que son esprit était troublé par la prise prolongée de médicaments.

La victime est restée paraplégique des suites de ses blessures.

[Développement suit]

Créé: 25.06.2019, 09h55

Articles en relation

Pour la pharmacienne, tenter de tuer sa fille était un effet secondaire de médicaments

Procès La sexagénaire qui avait tiré plusieurs coups de feu sur sa fille à Lausanne en 2017 peine a expliquer son acte. «J'étais confuse.» Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.