Un doctorant de l'EPFL va étudier la neige olympique à Pyeongchang

RechercheLes mesures de Josué Gehring aideront les spécialistes locaux à affiner leurs prévisions autour des sites olympiques

Josué Gehring a testé son matériel à l’EPFL.

Josué Gehring a testé son matériel à l’EPFL. Image: Jamani Caillet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n’a pas été sélectionné par Swiss Olympic, mais Josué Gehring, doctorant suisse du Laboratoire de télédétection environnementale (LTE) à l’EPFL, sera bien à Pyeongchang, district sud-coréen où se dérouleront les prochains Jeux olympiques d’hiver. Pas pour couvrir les épreuves, mais pour veiller à ce qu’elles se déroulent dans de bonnes conditions.

Dans le cadre d’une campagne internationale à l’initiative de la Korea Meteorological Administration, le chercheur va récolter des données météorologiques en compagnie d’une dizaine d’autres scientifiques. «Grâce à nos appareils de mesure (ndlr: à découvrir sur son blog), nous livrerons des données radars en temps réel. Elles seront intégrées par les météorologues sud-coréens pour affiner leurs prévisions météo autour des sites de Pyeongchang, Gangneung et Jeongseon, où se dérouleront les épreuves», précise Josué Gehring.

L’automne dernier, avec d’autres chercheurs, le doctorant s’est rendu sur place pour installer un radar de précipitations, un radar à nuages, un disdromètre, pour mesurer la taille des gouttes et des flocons de neige, ainsi qu’un MASC (ndlr: Multi-Angle Snowflake Camera, à découvrir dans la vidéo ci-dessus). «Prêté par MétéoSuisse, cet appareil permet de prendre en haute résolution et sous différents angles des millions de photos de flocons de neige pour en comprendre l’anatomie», précise l’EPFL.

Car en marge de cette contribution «olympique», le doctorant, dont le travail consiste à «comprendre l’origine des grosses chutes de neige et à mieux les caractériser afin d’améliorer les outils de prévisions météo en montagne», profitera du séjour pour faire progresser ses recherches. «En Corée du Sud, les montagnes sont proches de l’océan, ce qui produit des phénomènes météo différents que ceux qu’on trouve dans les Alpes», ajoute Josué Gehring. À ce titre, la comparaison de ces données avec celles récoltées par l’EPFL en Valais et en Antarctique ces dernières années permettra de comprendre les phénomènes en jeu. Cerise sur le gâteau: le chercheur entend bien en profiter pour assister à quelques épreuves. «De ski de fond, sport que je pratique, et de biathlon.» (24 heures)

Créé: 31.01.2018, 17h36

Articles en relation

Pristem produit des équipements médicaux à bas coût nés à l’EPFL

Entreprise Les appareils de radiographie de la start-up lausannoise sont destinés aux pays émergents. Mais la demande existe aussi en Suisse Plus...

«Nous ouvrons l’EPFL à ceux qui n’ont pas fait d’études»

Formation À la tête de l’école depuis un an, Martin Vetterli revient sur ces douze mois riches en nouveautés. Plus...

Contrôler un exosquelette de la main par la pensée

EPFL L’appareil a la particularité d’améliorer la performance de l’interface cerveau-machine. Plus...

Chimiste star de l’EPFL primé pour une trouvaille prometteuse

Distinction Xile Hu remporte le prix doté de 100 000 francs pour ses travaux innovants sur une branche de la chimie, la catalyse Plus...

L’EPFL au centre d’une étude sur le climat

Expertise Le campus a servi de terrain pour chercher des solutions afin de préparer l’urbanisation au réchauffement climatique Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.