Un doctorant récompense qui retrouvera sa thèse volée

LausanneVictime d’un cambriolage, le jeune homme a perdu des mois de travail et des données sensibles sur la Tunisie.

Aymen Belhadj devant la fenêtre par laquelle les cambrioleurs se sont introduits chez lui, emportant deux disques durs et un ordinateur.

Aymen Belhadj devant la fenêtre par laquelle les cambrioleurs se sont introduits chez lui, emportant deux disques durs et un ordinateur. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il aura fallu deux heures pour voir disparaître des mois de labeur. Juste le temps de rendre visite à des amis, vendredi soir, et Aymen Belhadj découvre que son logement du chemin des Aubépines, à Lausanne, a été cambriolé. Parmi les objets emportés, un ordinateur et deux disques durs sur lesquels le jeune doctorant avait enregistré son travail de thèse. «Il était très avancé, j’étais en train de rédiger et je devais le rendre cette année.»

Craignant d’avoir tout perdu, ou presque, Aymen Belhadj annonce qu’il offrira une récompense de «quelques centaines de francs» à celle ou celui qui lui permettra de remettre la main sur sa thèse. Les indices sont minces: un disque dur Toshiba, un ordinateur avec une trace de brûlure sur le pavé tactile…

Maigre espoir

S’il lance aujourd’hui un appel à la restitution des documents, l’étudiant sait que l’espoir est mince. «Les policiers m’ont bien expliqué qu’il était très difficile de récupérer ce type d’objets». Il pourrait par contre bénéficier d’un report des délais pour le rendu de son travail, imagine sa directrice de thèse au sein de l’Université Paris 1 à laquelle il est rattaché.

Autre problème pour le jeune homme, son travail, consacré au clivage générationnel dans le monde politique en Tunisie, contenait certaines données jugées délicates. «Elles ne sont pas secrètes mais sensibles. Il y avait par exemple des informations concernant la justice transitionnelle ou encore des témoignages anonymes, explique Aymen Belhadj. Il est très difficile d’imaginer que ce soit un cambriolage ciblé mais c’est un peu surprenant car d’autres objets légers et de valeurs n’ont pas été emportés. Ils étaient probablement moins visibles.»

Un acte banal à Lausanne

Les policiers qui ont pris sa déposition lui auraient en tout cas indiqué que «ces actes deviennent banals à Lausanne». En début de semaine, 24 heures rapportait d’ailleurs une vague de cambriolages dans les gymnases de la région (notre édition du 13 mars). Sur ce point, la police indique qu’elle communiquera les derniers chiffres relatifs à la sécurité, le 26 mars prochain, lors du bilan annuel. «Néanmoins, à propos des cambriolages, nous pouvons annoncer que la tendance est à la baisse pour l’année 2017 à Lausanne, annonce Jean-Philippe Pittet, responsable communication de la police lausannoise. Et de préciser qu’un cambriolage n’est, «de toute façon jamais une chose banale». (24 heures)

Créé: 16.03.2018, 14h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...