Doris Leuthard séduit même les pré-ados

ReportageInvitée par SwissAid, une classe de 8P de Bussigny a pu rencontrer la populaire présidente de la Confédération mardi au Palais fédéral.

La conseillère fédérale a passé une heure en compagnie des élèves, répondant à chacune de leur question avec le sourire.

La conseillère fédérale a passé une heure en compagnie des élèves, répondant à chacune de leur question avec le sourire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle est certes moins populaire que la chanteuse Ariana Grande et ses 56 millions de followers sur Twitter, mais mardi, l’idole des jeunes c’était Doris Leuthard. La présidente de la Confédération a reçu une centaine d’élèves de Suisse au Palais fédéral pour une séance de questions-réponses mise sur pied par Swissaid. Chaque année, l’organisation de coopération récompense ainsi les enfants qui ont vendu beaucoup de ses insignes au porte-à-porte durant l’année. Et cette année, la classe de p de Carole Holzmann à Bussigny faisait partie des invités, avec leurs camarades de Schüpfheim (LU), Turbenthal (ZH) et Niederurnen (GL).

Dans les couloirs du Palais, l’excitation monte chez les pré-ados de 11-12 ans, qui ont préparé en classe une liste de questions.

«Vous pourrez faire des photos de Mme Leuthard», leur apprend leur maîtresse. «Des selfies avec elle, aussi?» «Euh, non peut-être pas…»

Pas de selfies en effet: l’instant est certes décontracté mais l’endroit incite à la solennité. Midi approche. Dans la salle de conférences au toit vitré, Doris Leuthard s’assoit en face des élèves, qui doivent s’exprimer au micro. Le timing est assez serré. La conseillère fédérale salue l’engagement «remarquable» de ses hôtes qui, en soutenant Swissaid, contribue à améliorer la vie d’autres filles et garçons à l’étranger et leur souhaite «de garder ces valeurs toute leur vie». Puis, c’est la classe de Bussigny qui ouvre les feux. «De quoi vous occupez-vous le plus dans votre métier?» «Quelles sont vos responsabilités?» «Comment faites-vous pour vous mettre d’accord au sein du Conseil fédéral?» La présidente répond avec décontraction. Ses horaires de travail? «J’ai une première séance à 7 h et je finis souvent vers 21 h-22 h. Ce soir je vais finir tard car il y a la séance du Conseil fédéral demain (ndlr: mercredi) et j’ai beaucoup de documents à lire.»

«Travaillez-vous aussi chez vous?» demande ensuite Elly. «Oui, le dimanche…» Pas de quoi impressionner Matteo, qui nous dira plus tard que son père bosse «deux fois plus» que Mme Leuthard. «Il travaille dans la restauration».

Question d’actualité

Au tour de Maellie, qui pose une question d’actualité: «Avez-vous rencontré des difficultés en tant que femme dans votre carrière?» «Oui, nous devons mieux maîtriser nos dossiers que nos collègues hommes pour être respectées, nous devons plus travailler qu’eux. Mais peut-être que votre génération vivra une réelle égalité.» Et d’adresser un conseil à l’élève: «Trouve ta personnalité, fais les choses que tu aimes avec force, énergie et responsabilité sans te soucier de ce que pensent les autres.» Aux camarades alémaniques d’interroger la politicienne. On apprend notamment que celle-ci aime cuisiner et lire, que son groupe préféré est Abba, qu’elle a déjà rencontré Donald Trump à New York et que, petite, elle voulait être architecte.

Après avoir écouté un bref morceau d’harmonica joué par les jeunes Lucernois et une chanson de la classe glaronaise, Doris Leuthard s’éclipsera avec deux paniers garnis reçus en cadeau. Les Vaudois sont séduits et, unanimes, disent apprécier «qu’elle ait si bien joué le jeu». «Elle était super, souriante, j’ai tout aimé chez elle!» lance Elly alors que va démarrer la visite guidée du Palais fédéral. Maellie, elle, voit en Doris Leuthard «un modèle à suivre. Son encouragement m’a fait plaisir et m’a donné du courage. Il y a beaucoup d’injustice vis-à-vis des femmes, qui ont eu le droit de vote tard et je ne suis pas sûre que notre génération connaîtra l’égalité des sexes. Ça ne se fera pas facilement…»

Créé: 08.11.2017, 07h58

Articles en relation

A 365 fr., Doris Leuthard solde la redevance radio TV

Suisse La taxe annuelle coûtera 1 franc par jour par ménage. Le budget SSR sera plafonné à 1,2 milliard. Réactions au coup marketing. Plus...

Doris Leuthard répond en patriote au président américain

Nations Unies Le discours de Donald Trump a changé la donne quelques minutes avant l’allocution de la présidente de la Confédération. Plus...

«Leuthard nous contraint à soutenir «No Billag»

Service public Deux ans après son combat acharné contre la loi radio-TV, l’USAM pourrait soutenir le texte qui exige la fin de la redevance. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.