La droite vaudoise en ordre dispersé

Elections fédéralesLe camp bourgeois part plus divisé que jamais pour l’élection au Conseil national.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le temps où la droite vaudoise imaginait une plateforme commune entre Vert’libéraux, PLR et UDC semble lointain. Cette entente devait leur permettre d’aborder les élections fédérales de manière moins hésitante qu’en 2015. Au lieu d’un chant à l’unisson, ce sont les claquements de portes qui ont retenti. Résultat, c’est un camp bourgeois complètement disloqué qui se présente aux Fédérales de cet automne.

Officiellement, les partis ont jusqu’à lundi 19 août midi pour déposer leur apparentement au bureau électoral. Mais le divorce entre le PLR et l’UDC est consommé. Comme il y a quatre ans, ce qui était une première à l’époque, les deux principales formations de droite ne s’apparentent pas. La décomposition gagne encore du terrain cette année. Le centre droit n’a pas réussi à s’entendre, il n’y aura pas d’apparentement entre les Vert’libéraux et le PDC, à l’inverse de 2015. Le contraste est saisissant avec les partis classés à gauche, qui sont tous apparentés, des socialistes au POP.

Centre droit dans le viseur

Une situation qui ne tourmente pas outre mesure Marc-Olivier Buffat, président du PLR Vaud. Et pour cause, les libéraux-radicaux se retrouvent exactement dans la même configuration que pour les élections de 2015, lors desquelles ils avaient gagné un cinquième siège au Conseil national. «Si les Verts progressent, cela se fera surtout au détriment d’une autre formation de gauche, note le président du PLR. C’est un peu la même mécanique dans le bloc de droite.»

Pour la prochaine législature, le canton de Vaud a droit à un 19e élu. Un siège supplémentaire qui attise les convoitises. Le PLR garde aussi un œil sur le centre droit. «Pour nous, ce n’est pas forcément défavorable, ce qu’il se passe au centre, je le dis sans triomphalisme, précise Marc-Olivier Buffat. Mais le fait que les Vert’libéraux et le PDC ne s’apparentent pas facilite un peu les choses.»

À l’UDC, le constat est un peu le même face aux tergiversations du centre droit. «C’est assez positif pour nous, estime Jacques Nicolet, président de la section vaudoise. Le siège du PDC Claude Béglé est assez faible, il y a eu ces polémiques sur ses voyages… Il peut y avoir une possibilité pour l’UDC.» Claude Béglé est le conseiller national vaudois qui a recueilli le moins de voix en 2015. La Vert’libérale Isabelle Chevalley, avant-dernière, en avait obtenu près de 10'000 de plus que lui.

Jacques Nicolet regrette néanmoins que le PLR ne se soit pas apparenté avec son parti. «Cela nous aurait donné plus de chances pour récupérer des miettes de voix et espérer faire un siège supplémentaire.» Mais le président de l’UDC reconnaît aussi que l’accord-cadre avec l’Union européenne devrait être un des thèmes majeurs de la campagne électorale. «Sur ce sujet, nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde avec le PLR», admet-il.

Les Vert’libéraux ont bien conscience que cette division est risquée. «En partant apparentés, on est plus forts. Mais après de longues discussions avec le PDC cela n’a pas abouti. M. Béglé a posé des exigences que nous ne pouvions pas accepter. Il voulait que l’on fasse une campagne commune et que tous les logos des formations soient imprimés sur les affiches des candidats, explique François Pointet, président des Vert’libéraux. Pour nous, il est important de faire campagne sous nos propres couleurs.» La formation s’est finalement apparentée avec le Parti pirate, qui a récolté 1840 bulletins lors des dernières élections.

Le conseiller national démocrate-chrétien s’accommode, lui, très bien de cette situation. «Le PDC n’avait pas grand-chose à gagner en s’alliant avec les Vert’libéraux, comme en 2015», estime Claude Béglé. L’apparentement aurait été à l’avantage des Vert’libéraux en cas de siège supplémentaire, selon lui.

Rendez-vous le 20 octobre au soir pour connaître le résultat de la stratégie par défaut de la droite vaudoise.

Créé: 19.08.2019, 08h06

Articles en relation

«Pour l'UDC, revenir avec la criminalité étrangère va être compliqué»

Élections fédérales Engluée sur la question du climat, qui inonde l’agenda politique, l’UDC remet en avant la thématique de l'insécurité. Une stratégie qui a ses chances? Entretien avec le politologue Pascal Sciarini. Plus...

Amour vache au PLR

Semaine politique Plus...

Un ex-élu veut bousculer les schémas politiques

Politique Il y a un an, Antoine André lançait le Mouvement citoyen de la région morgienne. Plus...

Quels sponsors s’offrent encore des élus?

Festival du film Malgré la polémique des voyages tous frais payés, Locarno reste la capitale politique de l’été. Dans le plus grand secret. Enquête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...