Les eaux souterraines pour produire de l’électricité vaudoise

Electricité Pour se préparer au post-nucléaire, le canton espère turbiner les cours d’eau souterrains.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Département cantonal de la sécurité et de l’environnement a décidé de lancer un projet pilote de turbinage des eaux souterraines. Ce projet fait partie d’un plan cantonal d’investissement de 100 millions de francs dédiés aux énergies renouvelables, dont 6,6 millions pour le soutien à des projets hydrauliques. «Nous recherchons actuellement le site, ainsi qu’une entreprise courageuse prête à se lancer», indique le chef du Service de l’énergie et de l’environnement (SEVEN), Henri Rollier. A ce stade, il refuse d’en dire plus sur les lieux envisagés, soucieux d’éviter des blocages.

57 sites liés aux eaux souterraines ont été évalués dans les Alpes et le Jura. Le potentiel identifié au final représente 50 gigawattheures par an, correspondant à la consommation annuelle d’électricité de plus de 10’000 ménages. L’idée: plutôt que d’installer des minicentrales souterraines, il s’agit de capter les eaux souterraines pour les turbiner en surface.

Certes rare, cette technologie a déjà été utilisée. Mais il faut en vérifier la faisabilité locale. S’assurer que la quantité d’eau est suffisante, qu’elle n’aura pas de conséquence sur l’eau potable et ne nuira pas à la faune et la flore souterraines.

L’exploitation du sol karstique suscite d’ores et déjà l’intérêt. Romande Energie étudie actuellement un projet d’exploitation de l’Orbe souterraine, sous le lac Brenet.

(24 heures)

Créé: 21.02.2012, 22h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...