L’Ecole hôtelière se réorganise pour mieux grandir

LausanneL’EHL devient une holding afin de gérer sa croissance et ses investissements de manière plus professionnelle.

André Witschi (président du conseil de Fondation), Michel Rochat (directeur) et Guglielmo L. Brentel (président du conseil d'administration).

André Witschi (président du conseil de Fondation), Michel Rochat (directeur) et Guglielmo L. Brentel (président du conseil d'administration). Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un investissement de 240 millions de francs sur son campus, un effectif d’étudiants qui devrait passer de 2109 à 3000 dans les dix prochaines années, une augmentation récente du nombre d’enseignants de 90 à 120: l’évolution de l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL), au Chalet-à-Gobet, est placée sous le signe de la croissance. Et c’est pour mieux gérer cette progression qu’elle a créé, il y a quelques mois, une palette de sociétés au nom d’EHL SA, EHL Academia, EHL Real Estate ou encore EHL Hospitality Services.

L’école s’est expliquée ce jeudi matin sur cette réorganisation, dont le but est de favoriser la transparence de la gestion et de faciliter les opérations financières ainsi que les partenariats à l’étranger. «Actuellement, l’EHL fonctionne entièrement dans le cadre d’une fondation. Nous nous réorganisons en holding sous l’égide d’une nouvelle société, EHL SA, détenue à 100% par la fondation EHL. Nous ne pouvons pas tout laisser dans le même panier. Il faut mettre de l’ordre», explique Giugliemo L. Brentel, nouveau président du conseil d’administration d’EHL SA, une société à but non lucratif. Les autres sociétés créées l’été dernier permettront de séparer, sous la houlette d’EHL SA, les différentes activités de l’école: formation, développement et gestion immobilière du campus et exploitation des services de restauration ou d’organisation de banquets.

Plus de transparence
A quoi sert concrètement cette réforme, qui ne chamboulera guère la vie des étudiants et des collaborateurs? Le directeur opérationnel Michel Rochat fournit deux exemples concrets. Sur 80 millions de rentrées financières, l’EHL est financée aux deux tiers par les écolages, dont 20 millions subventionnés par le réseau des Hautes Ecoles spécialisées de Suisse occidentale (HESSO), le tiers restant étant couvert par les revenus du restaurant et des logements. «La nouvelle organisation apporte de la transparence sur le fait que nous n’utilisons pas les subventions HESSO pour financer les autres activités», relève Michel Rochat.

L’autre exemple concerne le développement du campus. Afin de couvrir les investissements, l’EHL fait appel à des établissements bancaires qui souhaitent connaître la valeur des installations de l’école. Placer le parc immobilier de l’école dans une entité séparée apporte dans ce cas davantage de clarté. L’institution espère, au moyen de cette réorganisation, se doter d’outils qui lui permettront de conserver sa place de numéro un mondial dans les classements qualitatifs des écoles hôtelières ainsi que le souligne André Witschi, président du conseil de fondation: «Nous voulons creuser l’écart dans une compétition mondiale». Pour l’EHL, le défi consiste à mener une croissance en volume tout en gagnant encore en qualité. (24 heures)

Créé: 15.01.2015, 13h31

Articles en relation

Les recettes du Berceau des Sens gravées dans un beau livre

Gastronomie Le restaurant de l’Ecole hôtelière de Lausanne se découvre sur papier glacé. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.