Passer au contenu principal

L'école vaudoise passera de trois à deux voies

Les élèves vaudois passeront à l’avenir plus d’heures sur les bancs d’école. Au secondaire, ils seront répartis en deux voies au lieu de trois, supprimant la mal-aimée VSO. Publié le 27 septembre 2010.

La conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon a présenté le projet de nouvelle loi scolaire vaudoise.
La conseillère d'Etat Anne-Catherine Lyon a présenté le projet de nouvelle loi scolaire vaudoise.
ARC/Jean-Bernard Sieber

La conseillère d’Etat Anne-Catherine Lyon a présenté ce lundi son compromis pour le futur de l’école vaudoise.

La nouvelle loi sur l’enseignement obligatoire (LEO) s’inspire un peu de l’école valaisanne, a dit lundi devant la presse la conseillère d’Etat. Ce projet, adopté par le Conseil d’Etat, sera prochainement soumis au Grand Conseil, puis probablement au vote des Vaudois. Il sert de contre-projet à l’initiative «Ecole 2010».

Anne-Catherine Lyon a présenté «un projet consensuel», explique-t- elle. Celui-ci répond aux principales demandes formulées en consultation: il garantit par exemple la perméabilité entre les filières d’études et supprime la Voie secondaire à options, la voie regroupant les élèves les plus faibles, trop souvent stigmatisée.

Heures supp' en perspective

Premier changement: les élèves passeront plus de temps sur les bancs scolaires, et ceci dès l’école enfantine. Cela représentera 456 périodes, soit environ 18 semaines, sur l’ensemble du cursus.

«Ce qui plombe l’école vaudoise dans les classements, c’est sa forte proportion d’élèves faibles. Fribourg, par exemple, en a beaucoup moins parce qu’ils ont plus de temps scolaire», a expliqué Mme Lyon.

Deux voies

Deuxième nouveauté: les élèves sont répartis en deux voies - et non trois - au secondaire 1, soit dès 12 ans environ. Il y aura la voie prégymnasiale, qui correspond à l’actuelle voie de baccalauréat, et la voie générale, qui devrait regrouper les anciennes voies générale et à options (VSG et VSO).

«C’est un pas significatif. Nous dépassons le système des trois filières qui paraissait sculpté dans le marbre», a relevé la cheffe du Département de la formation. Mais face aux critiques soulevées en consultation, la ministre a renoncé à son projet de filière unique, avec des niveaux différents pour certaines branches.

Utile pour l’apprentissage

La nouvelle voie générale proposera des cours en deux niveaux en français, mathématiques et allemand. Des options «orientées métiers» sont prévues. L’objectif est de renforcer les compétences des élèves dans des domaines qui leur seront utiles pour leur apprentissage, comme la comptabilité ou l’informatique.

Ce vaste projet de loi présente d’autres innovations: l’anglais devient obligatoire pour tous dès la 5e année. Aujourd’hui, seule une partie des élèves l’apprennent, et ceci dès la 7e. Le redoublement reste possible. Il est prévu de changer le statut des maîtresses enfantines en maîtresses généralistes primaires, avec plus d’heures d’enseignement mais aussi un meilleur salaire.

Votation en 2011

Le projet sera soumis au Grand Conseil en même temps que l’initiative «Ecole 2010» qui réclame le maintien des trois filières et le retour des notes dès la 1ère année. Si le Parlement approuve l’initiative, cette dernière entrera en vigeur. S’il la rejette, il examinera la LEO, qui servira de contre-projet lors de la votation populaire en principe prévue en février 2011.

La nouvelle loi a reçu lundi un plutôt bon accueil auprès de la Société pédagogique vaudoise (SPV). Plus virulent, le SSP a condamné une réforme réalisée «sans moyens supplémentaires». Le Parti socialiste applaudit un «projet rassembleur, motivant et cohérent».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.