Passer au contenu principal

L’Eglise réformée s’excuse après un licenciement

Martin Hoegger a reçu des excuses officielles de son ancien employeur, qui regrette de l’avoir licencié.

Le pasteur Martin Hoegger
Le pasteur Martin Hoegger
Odile Meylan -A

L’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) n’aurait pas dû licencier le pasteur Martin Hoegger. Son autorité exécutive, le Conseil synodal, l’affirme noir sur blanc: «Le Conseil synodal reconnaît que le licenciement de Martin Hoegger était regrettable», lit-on dans le journal EERV Flash de septembre. Le Conseil synodal se dit «conscient des blessures que cette décision a occasionnées à Martin Hoegger, ainsi qu’à l’Eglise, et s’en excuse.» Cette mise au point est le résultat d’une convention entre l’ancien ministre et son ex-employeur. Elle est «l’aboutissement d’un long processus de conciliation», précise le Conseil synodal.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.