L'électorat PLR chute et fait trébucher Dessauges

En chiffresSi les votants UDC restent stables sur les années, ceux du PLR tournent le dos à leur allié.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2012 et 2017, la droite vaudoise avait dû affronter deux fois le même problème: au deuxième tour, une partie de l’électorat libéral-radical s’était démobilisée, par manque d’intérêt pour élire un UDC au Conseil d’État, alors que les candidats PLR étaient passés au premier tour. Le résultat de ce dimanche est encore plus difficile: sans aucun candidat PLR, une part importante des électeurs du Parti libéral-radical a déjà boudé le premier tour.

Alors que 38 300 citoyens avaient glissé dans l’urne un bulletin étiqueté «PLR» au premier tour de l’élection du Conseil d’État en 2017, ils n’ont été que 29 600 à le faire ce dimanche. L’électorat de l’UDC, lui, est resté stable: un peu plus de 24 000 bulletins dans les deux cas. Et donc, en toute logique, Pascal Dessauges récolte ce dimanche environ 12 000 suffrages de moins que Jacques Nicolet au premier tour il y a deux ans. Si l’on compare les résultats de ce dimanche aux scores des nouveaux candidats en 2011, 2012 et 2017, on remarque aussi que la socialiste Rebecca Ruiz fait mieux au premier tour que ses prédécesseures (Béatrice Métraux, Nuria Gorrite et Cesla Amarelle). Et que Pascal Dessauges fait moins bien que les précédents candidats UDC (Pierre-Yves Rapaz, Claude-Alain Voiblet et Jacques Nicolet).

Un ministre aurait dû partir

Déçue de cette démobilisation dimanche, la droite n’en est pas pour autant surprise. Marc-Olivier Buffat, député et président du PLR vaudois, analyse les choses un peu différemment. Il note que le nombre d’électeurs PLR est quasi identique par rapport au deuxième tour de 2017.

Malgré tout, la désaffection est bel et bien là. «Les chiffres de ce dimanche ne sont pas un scoop. J’ai travaillé pendant six mois pour un double départ au Conseil d’État, c’est-à-dire qu’un de nos trois conseillers d’État quitte le gouvernement maintenant pour qu’il y ait deux sièges à repourvoir. Nous voulions une double candidature, UDC et PLR, pour créer une énergie. Ce résultat est la preuve par A + B que la direction de notre parti avait raison. Nos candidats potentiels peuvent réunir ces 10 000 électeurs supplémentaires, voire davantage.» Lui se dit surpris de voir que des zones traditionnellement à droite, comme le pied du Jura ou la région de la Venoge, ont voté en priorité pour Rebecca Ruiz.

De son côté, l’UDC se garde bien de mettre la faute sur ses alliés. Jacques Nicolet, le président du parti, fait même une petite pirouette quand on l’interroge sur cette baisse d’environ 10 000 électeurs PLR. Il y voit un espoir pour le second tour: «Cela signifie que nous pouvons mieux mobiliser, qu’il nous reste une réserve de voix. Cette baisse me surprend, car le PLR s’est engagé comme jamais dans cette campagne. À nous de convaincre ses électeurs.»

Explosion de bulletins verts

À gauche, on analyse les résultats comme la preuve qu’une partie de l’électorat libéral-radical a voté pour la socialiste Rebecca Ruiz. Le conseiller national Vert Daniel Brélaz, habitué à jongler avec les chiffres, estime que 15% des électeurs PLR ont fait le pas. «En temps normal, le PLR représente 30% des bulletins de parti, ajoute l’ancien syndic de Lausanne. Ce dimanche, il compte pour 20%. La différence est de 10 points. Si seulement la moitié a changé de camp, et je suis prudent en le disant, cela aboutit à un chiffre de 15% d’électeurs.»

Si le nombre de votants socialistes se maintient à 29 000, les Verts grimpent en flèche, de 17 000 à 27 000. Y a-t-il eu un transfert du PLR aux Verts? Pas selon Daniel Brélaz. Lui voit dans cette progression une utilisation rationnelle de la brochure des votations: tant les PLR déçus que les aficionados des listes sans dénomination se sont rabattus sur la première liste qu’ils trouvaient avec le nom de Rebecca Ruiz. Et le hasard a fait que celle des Verts se situait avant celle des socialistes dans le fascicule.

Autre amateur de chiffres à gauche, le député socialiste Pierre Dessemontet met en avant que la droite baisse dans les petites villes, comme Cossonay, Orbe ou Moudon. «Quatre des cinq candidats se présentaient comme des candidats du changement, ajoute le municipal yverdonnois. Le score de Rebecca Ruiz, qui s’inscrit dans la continuité, montre que les centristes et l’aile gauche du PLR ont voté pour elle et qu’ils s’accommodent du modèle vaudois, refusant la politique aventurière de la droite.»

Créé: 17.03.2019, 21h18

La gauche qui monte dans toutes les régions

Ce dimanche, l’UDC Pascal Dessauges a remporté la victoire dans 158 communes (dont 78 avec la majorité absolue). En face, la socialiste Rebecca Ruiz est arrivée en tête dans 147 villes et villages, avec 45 fois la majorité absolue. Les deux candidats terminent ex aequo dans quatre villages (Montherod, Prévonloup, Vaux-sur-Morges et Villarzel, qui comptent entre 120 et 305 électeurs). La socialiste termine en tête dans huit des dix districts. Seuls ceux de la Broye-Vully et du Gros-de-Vaud basculent dans la besace du candidat UDC.

Au fil des années, depuis le duel entre la Verte Béatrice Métraux et l’UDC Pierre-Yves Rapaz en 2011, la gauche a sacrément grignoté l’étalement de la droite sur la carte du canton. Cette année-là, au premier tour, la droite terminait première dans près de 230 des 336 communes vaudoises (leur nombre a diminué depuis lors avec plusieurs fusions). Pierre-Yves Rapaz sortait alors en tête dans cinq districts.
Enfin, au premier tour de l’élection du Conseil d’État de 2017, la droite gagnait encore dans 239 villes et villages, contre 70 pour la gauche. Au second tour, le score basculait à 159 communes à droite et 150 à gauche.

Articles en relation

Sauf immense surprise, ce sera Rebecca Ruiz

Election cantonale La candidate socialiste pour le siège de Pierre-Yves Maillard a tutoyé les 47%. Son principal adversaire, l’UDC Pascal Dessauges a été peu soutenu par le PLR. Plus...

L'UDC au Conseil d'Etat: mission impossible?

Vaud Le parti est à la traîne. Nous avons calculé ses chances de succès. Plus...

Les électeurs de l’UDC et du PLR ont boudé l’élection

Résultats Près d'un électeur de droite sur cinq a boudé le second tour dimanche. La proportion est pire qu'en 2012. Plus...

Revivez notre live: Rebecca Ruiz en tête de la course au Conseil d'Etat avec 46,59%

#ECVD19 Résultats, commentaires et analyses. En direct ! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.