Passer au contenu principal

Les électriciens donnent de la voix à la Riponne

En lutte pour une revalorisation de la branche, ils étaient environ 70 à manifester mardi avec l'appui du syndicat Unia

Le Comité d'action entend faire monter la pression avant l'ouverture des discussions avec le patronat à l'automne.
Le Comité d'action entend faire monter la pression avant l'ouverture des discussions avec le patronat à l'automne.
RH

Les revendications sont connues. Des salaires jugés trop bas, par rapport aux autres métiers du bâtiment et aux confrères valaisans ou genevois mais aussi des frais annexes, à savoir indemnités de repas et de déplacements, qualifiés d'insuffisants. Il est aussi question d'un métier «dévalorisé» et «peu respecté» sur les chantiers. Les critiques émanent du Comité d'action des électros vaudois, créé en mars 2016 sous l’impulsion du syndicat Unia. Son objectif est clair : peser sur la renégociation, en 2018, de la Convention collective de travail (CCT) afin d'obtenir une revalorisation de la profession.

Mardi soir, quelque 70 électriciens, membres du syndicat et sympathisants étaient donc rassemblés, dès 18h sur la place de la Riponne, à l'appel dudit Comité d'action. «Nous sommes satisfaits, le mouvement commence à bien prendre sur les réseaux sociaux, indique Caryl Dubrit, électricien et membre du Comité d'action. Le plus gros problème c'est que certains ont toujours peur de s'engager trop fortement.» L'entité compte actuellement une cinquantaine de membres actifs. «Il faut bien comprendre que, cette structure, ce n'est pas Unia, ce sont les électriciens vaudois, soutenus par le syndicat. Tout comme il faut comprendre que nous n'agissons pas contre les patrons mais seulement contre les mauvais patrons», poursuit-il.

Discussions dès septembre

Suivie d'une grillade, la manifestation avait donc pour but de «faire monter la pression» sur le patronat, en l'occurrence l’Union suisse des installateurs-électriciens (USIE) et l'une de ses sections, l’Association cantonale vaudoise des installateurs-électriciens (ACVIE).

Deux entités qui n'apprécient que moyennement les méthodes employées. Récemment, l'ACVIE regrettait «un net durcissement des fronts qui peut remettre en question la confiance réciproque». Pour elle, ce Comité d'action n'est qu'«une stratégie du syndicat Unia visant à pallier une baisse du nombre de ses membres». Les discussions qui doivent débuter en septembre s'annoncent épineuses.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.