Passer au contenu principal

Les élèves ingérables mettent l’école au défi

Que faire des enfants dont le comportement met en péril leur scolarité et celle de leurs camarades? L’Etat cherche des solutions.

Il y a de plus en plus de tout jeunes élèves parmi les «perturbateurs».
Il y a de plus en plus de tout jeunes élèves parmi les «perturbateurs».
Getty Images

Ils pètent les plombs, font des crises de violence, perturbent toute la classe et mettent en échec le système scolaire. Cette petite minorité d’écoliers ingérables pèse de plus en plus lourd sur le quotidien des enseignants et des directeurs. Ceux-ci le clament depuis plusieurs années et ont été entendus par le Conseil d’Etat, en fin de législature dernière. Lors de la conférence de presse de rentrée scolaire il y a dix jours, la nouvelle ministre Cesla Amarelle a ainsi dévoilé qu’un projet pilote socio-éducatif serait mené cette année dans six établissements vaudois (Genolier, Payerne, Morges Beausobre, Montreux-Ouest, Lausanne Mon-Repos et Renens secondaire). L’annonce a déclenché une salve d’applaudissements chez les syndicats, qui saluent un premier pas dans la bonne direction.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.