Passer au contenu principal

Les élus cherchent à éviter leur «chômage technique»

Echaudés après deux séances annulées, les députés cogitent pour revoir leur méthode de travail. La droite est très critique.

Le député PLR Jacques Perrin a évoqué l’idée de supprimer une séance hebdomadaire sur quatre.
Le député PLR Jacques Perrin a évoqué l’idée de supprimer une séance hebdomadaire sur quatre.
JEAN-BERNARD SIEBER - ARC

Ils sont peu nombreux, les parlementaires vaudois qui osent utiliser publiquement les mots de «chômage technique». Mais force est de constater que les députés ont dû annuler deux séances hebdomadaires du Grand Conseil depuis le début de l’année, l’une en janvier et l’autre en février. Pourquoi? Par manque de dossiers à se mettre sous la dent ces jours-là. Certains craignent une nouvelle annulation d’ici à la fin du mois… Echaudés par les commentaires du type «Nos élus se tournent les pouces», certains députés ont déjà lancé la réflexion hier au Grand Conseil dans un débat nourri. Faut-il voir dans ces seules deux annulations un besoin de changement? C’est oui pour le Parti libéral-radical. Son député lausannois Jacques Perrin – qui siège au Grand Conseil depuis vingt-six ans – a développé hier une motion dans ce sens. Une commission se penchera dessus dans les semaines à venir.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.