Encadrement ou expulsion, les députés s’interrogent sur les jeunes migrants

Grand ConseilLe Conseil d’Etat est attendu sur les conditions de vie des mineurs non-accompagnés dans les foyers de l’EVAM.

Fabien Deillon(UDC)et Nicolas Rochat Fernandez(PS) en discussion en marge de la séance du Grand Conseil, mardi.

Fabien Deillon(UDC)et Nicolas Rochat Fernandez(PS) en discussion en marge de la séance du Grand Conseil, mardi. Image: Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce sont environ 120 mineurs non accompagnés (MNA) qui résident en ce moment dans les foyers de l’Établissement vaudois pour l’accueil des migrants (EVAM). Mais les éducateurs qui les encadrent ont-ils suffisamment de temps et de moyens pour s’occuper de ces jeunes requérants d’asile sans famille? Et pourrait-on les expulser de Suisse en cas de problème dans un foyer?

Ces deux questions, la première venue de la gauche et la seconde de l’UDC, résument les interrogations soulevées ce mardi au Grand Conseil à propos du quotidien vaudois des MNA. Les députés se sont interrogés en réaction à la grève des éducateurs de l’EVAM (lire ci-dessous). Ceux-ci demandent que l’encadrement des mineurs non accompagnés au sein de l’EVAM soit identique à celui des jeunes «de chez nous» pris en charge par le Service de protection de la jeunesse (SPJ).

Le Conseil d’État devra se positionner mardi prochain devant les députés. Ces derniers discuteront d’une résolution proposée par SolidaritéS et le Parti socialiste. Ils demandent que le Canton offre des conditions «égales pour tous les enfants en foyer, quel que soit leur statut, leur origine ou leur histoire». Le texte parle d’une «distinction discriminatoire».

«Face à une population plus que vulnérable arrivant en Suisse à un âge pivot, une bonne intégration est nécessaire. Il faut que cette population bénéficie d’un encadrement suffisant et de mesures sociopédagogiques», commente ainsi le socialiste Nicolas Rochat Fernandez, l’un des auteurs de la résolution.

Passes d’armes

Mais les députés ont déjà tenté quelques passes d’armes à propos des MNA, mardi, au moment d’octroyer une garantie d’emprunt de 22 millions de francs pour différents projets immobiliers de l’EVAM. «On parle d’enfants de 14 à 18 ans, qui ont besoin de se défouler, qui n’ont que 2 T-shirts par semaine», s’est émue l’écologiste Léonore Porchet. «Ce n’est pas une question de confort, mais de dignité.»

Pour Philippe Leuba, la comparaison entre les MNA et les enfants du SPJ n’est pas possible, en raison de la «typicité» et de «typologie» de chaque public. «Le SPJ a confirmé que la comparaison entre les foyers ne peut pas être faite», explique-t-il. Disant «louer le travail» des éducateurs, il note que le nombre de MNA a baissé de 270 à environ 125, d’où une modification de l’encadrement.

Si l’UDC s’interroge aussi sur les MNA, la droite dure prend le problème sous un autre angle. Ainsi le député Fabien Deillon a déposé une interpellation en réaction à l’histoire d’Adam parue en mars dans «24 heures». Cet enfant a fui d’un foyer de l’EVAM après une tentative de suicide et des conflits avec d’autres enfants. «Un MNA peut-il commettre n’importe quel excès ou désobéissance quasi en toute impunité, sans risquer l’expulsion?» interroge l’élu UDC. Craignant que le Canton ne donne envie à des jeunes de quitter leurs parents, il estime que «les MNA jouissent d’une certaine sympathie, en fonction de leurs inévitables tribulations durant leur voyage». Le Conseil d’État devrait lui répondre d’ici trois mois.

Créé: 24.04.2018, 20h54

Galerie photo

Les éducateurs de l'EVAM et leurs soutiens manifestent

Les éducateurs de l'EVAM et leurs soutiens manifestent Les éducateurs œuvrant auprès des enfants de l'Établissement Vaudois d'Accueil des Migrants (EVAM) se sont mobilisés, mardi.

Les éducateurs attendent les députés à la sortie



Les éducateurs œuvrant auprès des enfants de l’Établissement Vaudois d’Accueil des Migrants (EVAM) se sont mobilisés, mardi, comme annoncé récemment dans nos colonnes (notre édition du 21 avril). Quelques heures de grève doublées d’une manifestation à la sortie du Grand Conseil, à Lausanne, pour réclamer des améliorations dans le système d’encadrement des mineurs non accompagnés (MNA). Ils étaient soutenus par le Syndicat des services publics (SSP) et par quelques élus, notamment de la gauche radicale. Au total, quelque 150 personnes ont donné de la voix à la Cité avant de descendre en cortège jusqu’à Saint-François. Parmi les banderoles: «Enfant avant d’être requérants» ou encore, signé du Collectif R, «Leuba blesse: accueil à deux vitesses».

Au sortir de leur séance, tous les députés n’ont pas accueilli avec le même enthousiasme les tracts distribués par les participants. «Nous constatons un intérêt à gauche et chez les Verts comme l’a prouvé le débat du jour
(voir ci-dessus) mais certains députés de droite sont passés sans un regard, regrette Letizia Pizzolato du SSP. C’est quand même décevant de la part d’élus qui pourraient au moins refuser poliment.»

La jeune femme annonce qu’une quarantaine de personnes étaient en grève ce mardi. Des éducateurs en grande majorité mais aussi d’autres employés de l’EVAM comme des éducateurs en formation ou des enseignants. «Tous les soutiens sont importants: à l’EVAM, comme parmi les politiques et la population, souligne une éducatrice. Tous montrent une reconnaissance pour nos revendications et pour les MNA. Maintenant nous voulons voir des changements concrets et nous continuerons à défendre cette cause
jusqu’à les obtenir.» R.H.

En bref

Infrastructures:22 millions pour le sport

Le Grand Conseil a validé un décret de 22 millions de francs pour subventionner une partie de la construction et la rénovation de plusieurs infrastructures sportives régionales. La liste contient entre autres neuf salles de sport triples et quatre piscines. Les Verts et une partie des députés de gauche ont tenté, en vain, de s’opposer au soutien à une piste de ski de fond à la Vallée de Joux. Ils estimaient que le réchauffement climatique rendra obsolète cette installation.

Parlement: Nouveau salaire pour le secrétaire

Les députés ont décidé à l’unanimité que leur secrétaire général bénéficiera désormais d’une hausse de salaire annuelle de 2500 francs. Son salaire de 190'000 francs est défini par décret tous les cinq ans, mais aucune progression salariale n’était prévue jusqu’alors.

Articles en relation

L'encadrement des enfants réfugiés jugé insuffisant

Migrants Le syndicat des services publics dénonce les décalages entre les foyers pour enfants migrants de l'EVAM et les autres foyers du canton de Vaud. Plus...

Mineurs non accompagnés: le cri d’alarme des éducateurs

Migration L’EVAM fermera un de ses quatre foyers pour enfants seuls dans les semaines à venir. Les professionnels et leur syndicat craignent une dégradation de l’encadrement et se mobilisent. Plus...

Les éducateurs de l’EVAM sont prêts à faire la grève

Migration Le personnel réclame notamment le maintien de l’un des quatre centres pour mineurs non accompagnés, qui s’apprête à fermer. Plus...

Malgré une rencontre avec l’Etat, la grève aura lieu

EVAM Les éducateurs des mineurs migrants et leur syndicat ont été face aux ministres Leuba et Amarelle. Aucune solution n'a été trouvée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.