«Les entreprises pourraient s’inspirer des Jeunesses»

SociétéUne étude menée avec un institut fédéral répertorie les compétences acquises dans les activités des sociétés de jeunesse.

Cédric Destraz 25?ans, électricien à Lausanne, membre de la Jeunesse de Vers-chez-les-Blanc, vice-président de la FVJC.

Cédric Destraz 25?ans, électricien à Lausanne, membre de la Jeunesse de Vers-chez-les-Blanc, vice-président de la FVJC. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Avec ces rapports, on a désormais de quoi prouver qu’on ne fait pas que boire des verres!» Vice-président de la Fédération vaudoise des jeunesses campagnardes (FVJC), Cédric Destraz ne cachait pas sa fierté mardi à Renens lors de la présentation d’une étude sur les compétences acquises dans le cadre des activités bénévoles de la FVJC.

Une fierté toutefois légitime. «Beaucoup d’entreprises pourraient s’inspirer du fonctionnement des sociétés de jeunesse, constate Janine Voit, responsable du champ de recherche Acquis de l’apprentissage à l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP). Nous avons été frappés par leur système de capitalisation des savoirs. Ils s’appuient sur leurs expériences, bonnes ou mauvaises, pour s’améliorer.»

L’importance du collectif – les interviewés de l’étude parlaient toujours à la première personne du pluriel plutôt qu’à la première du singulier – ainsi que la transmission des savoirs et les possibilités de prise de responsabilités par échelons successifs ont aussi marqué les collaborateurs de l’IFFP.

Avouant au passage qu’elle avait bien «quelques préjugés» il y a une année avant d’entamer cette étude, Janine Voit souligne encore que les témoignages récoltés sont parfaitement cohérents avec les descriptifs de fonctionnement fournis par les responsables de la FVJC lors de la préétude.

Mettre des mots dessus
La méthode retenue a été de d’abord définir les compétences acquises au sein des organisations de la FVJC, puis de les illustrer par des exemples concrets, récoltés sous forme de témoignages. «On se rendait bien compte que l’on faisait plein de choses, mais on n’arrivait pas forcément à mettre des mots dessus», explique Béatrice Gass, ancienne vice-présidente de la FVJC et rédactrice du portfolio final.

Ledit document regroupe donc treize compétences, allant de l’élaboration d’un dossier de candidature à l’encadrement d’une équipe, en passant par la gestion de la subsistance d’une manifestation. «Jamais je n’aurais pensé que l’on en trouverait autant», avoue cette assistante de direction qui avait par exemple géré sans trembler les 500'000 francs de budget d’un giron à seulement 23 ans. «Nous faisons ça par plaisir et de manière anodine. Mais ça ne l’est pas. Grâce à ce travail, nous pouvons désormais prendre conscience que, devant un employeur, à dossier équivalent, nos expériences doivent faire la différence.»

Un message qui sera certainement entendu par les 5000 membres actifs de la FVJC, que leur âge compris entre 15 et 25 ans place sur le seuil d’entrée du marché du travail.


Les résultats de l’étude sont disponibles ici.

Créé: 20.02.2015, 07h13

«Ma débrouillardise a été appréciée»

Léa Pavillard, 26 ans, collaboratrice marketing dans une banque à Morges, membre de la Jeunesse de Ferreyres, caissière de la FVJC: «Quand j’ai postulé pour ce poste, il y a cinq ans, je sortais de l’organisation du Trophée de la Venoge. Après coup, j’ai su que le fait que je sois capable de me débrouiller dans toutes sortes de situations avait été apprécié. J’ai aussi découvert que le directeur était un ancien membre d’une Jeunesse. (Rires.) Actuellement, je suis en train de faire un brevet d’assistante de direction. J’apprends à mettre des mots sur des choses que je fais depuis de nombreuses années».

«Je n’ai même pas eu d’entretien»

Cédric Destraz, 25 ans, électricien à Lausanne, membre de la Jeunesse de Vers-chez-les-Blanc, vice-président de la FVJC: «Alors que je n’avais momentanément plus de travail pour pouvoir me consacrer à l’organisation de notre giron à Vers-chez-les-Blanc, un de nos principaux sponsors est venu me chercher. Il m’a dit qu’il appréciait mes valeurs et mon enthousiasme.Je n’ai même pas eu d’entretien d’embauche. Il n’y a pas de lien direct entre mes activités à la Jeunesse et ma profession, mais elles m’apportent beaucoup dans ma façon de communiquer ou de travailler avec mes collègues et les clients.»

«J’ai mis en avant mes compétences»

Basile Cornamusaz, responsable régional au Centre betteravier à Moudon, membre de la Jeunesse de Trey, président du Giron de la Broye: «J’ai mis en avant mes compétences acquises au sein des Jeunesses dans mon curriculum vitae et lors de mon entretien d’embauche. Je ne sais pas si ça a joué un rôle, mais je le referai. Par mes activités à la Jeunesse, j’ai par exemple appris à ressortir les éléments importants d’une conférence ou à rédiger un procès-verbal. Comme je travaille dans les domaines de la vulgarisation, de la recherche et du conseil, mes expériences en matière d’organisation, de planification et de communication me sont très utiles.»

Articles en relation

Un bilan triomphal pour la Cantonale des Jeunesses

Colombier La 14e Cantonale des Jeunesses a accueilli plus de 120 000 visiteurs en 19 jours. Elle s'achève ce dimanche à Colombier-sur-Morges. Plus...

La Cantonale a cartonné pour son premier week-end de fête

Colombier Les organisateurs estiment que 28 000 personnes ont participé à la manifestation entre vendredi et samedi soir. Selon eux, il n’y a pas eu d’incidents majeurs Plus...

A Colombier, la Cantonale des Jeunesses voit grand

Manifestation Les imposantes constructions de la Cantonale vont accueillir quelque 120'000 personnes en moins de trois semaines. Plus...

Plus de 120'000 personnes attendues au grand raout des Jeunesses

La Côte Le village de Colombier-sur-Morges va vivre au rythme de la Cantonale des Jeunesses campagnardes trois semaines durant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.