«On avait envie d’être tous ensemble»

VotationAlors que l'initiative No Billag était votée, les employés de la RTS ont vécu une journée particulière. Reportage à la radio, à Lausanne.

Le producteur et animateur Yann Zitouni nous donne ses impressions suite aux résultats de l'initiative No Billag.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’émission spéciale votations de dimanche matin vient tout juste de démarrer dans les studios lausannois de la RTS. Au cours du premier débat, les propos de l’UDC Marc Fuhrmann sont très critiques envers la SSR. «On ne réagit pas» souffle Laurent Caspary, rédacteur en chef de l’actualité radio, dans l’oreillette de Nadine Haltiner. A l’image de tous ses collègues présents dans la rédaction, la journaliste ne laisse à aucun moment transparaître le fait que la votation du jour pourrait remettre en cause l’existence de son employeur.

Jonas Schneiter nous a répondu en live sur Facebook:

«Durant toute la campagne No Billag, rester objectif a été difficile, mais cela fait partie de notre métier, affirme Yann Zitouni, producteur et animateur. C’est un défi qui s’est imposé à nous. J’ignore si nous avons été irréprochables, mais on a tout fait pour.» Durant les trois heures d’émission, la concentration règne en maître.

«Les premiers résultats pour No Billag sont tombés». Le silence complet se fait dans le studio où travaille une quinzaine de personnes. «L’initiative est refusée à plus de 70%», annonce l’un des journalistes. Des sourires se dessinent sur les visages, certains prennent tout juste le temps de lâcher un soupir de soulagement, et il est déjà temps d’accueillir le prochain invité.

Retrouvez notre story du jour sur Instagram:

Dans les couloirs du bâtiment, des enfants jouent au loup. C’est qu’en ce dimanche particulier, les employés se sont retrouvés en famille à la cafétéria. «Ce qui m’a marqué est le fait qu’on avait envie d’être tous ensemble, même si l’on n’avait vraiment pas la certitude que l’issue nous serait favorable», raconte Yann Zitouni.

Redécouvrez cette journée sur notre compte Twitter:

Au fur et à mesure de la confirmation du rejet de l’initiative No Billag, la pression redescend. « Il y a une confiance qui existe, estime Jonas Schneiter. C’est celle du peuple suisse dans la SSR. Il nous dit: continuez à vous adapter comme vous l’avez fait ces dix dernières années.»

Créé: 04.03.2018, 19h38

Articles en relation

«Je suis contente, mais la suite sera dure quand même»

Genève Gros soulagement pour les employés de la RTS, suite au refus de No-Billag au terme d’une campagne pesante. Reportage dans les coulisses de la tour à Genève. Plus...

«No Billag» balayée par 71,6% des Suisses

Votations 4 mars La redevance radio-TV ne disparaîtra pas. L'initiative «No Billag» a été balayée à 71,6% de voix. La majorité des cantons l'a rejetée. Plus...

Toutes les votations en un clin d'oeil

Votations 4 mars Le rejet de« No Billag», le oui au Nouveau régime financier 2021 et tous les autres scrutins cantonaux sont à retrouver ici. Plus...

«La SSR va lancer un plan d'économies et de réformes»

«No Billag» Après le rejet de «No Billag», Gilles Marchand, directeur de la SSR, annonce des économies de plusieurs dizaines de millions de francs. Plus...

Une nouvelle victoire pour Doris Leuthard

Rejet de «No Billag» L'échec de l'initiative «No Billag» conforte la position de Doris Leuthard. Sur 16 votations populaires, la doyenne de fonction du gouvernement, n'en a perdu que deux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.