Passer au contenu principal

L’éolien est sous le choc après le torpillage d’un projet majeur

L’un des plus importants projets éoliens vaudois est remis en question à la veille de sa concrétisation. Une première.

A Mont-la-Ville, les Conseils généraux des villages concernés, ici celui de Juriens, se sont prononcés sur le plan d’affectation du projet éolien. Seul La Praz, au milieu du parc, l’a refusé.
A Mont-la-Ville, les Conseils généraux des villages concernés, ici celui de Juriens, se sont prononcés sur le plan d’affectation du projet éolien. Seul La Praz, au milieu du parc, l’a refusé.
CHRISTIAN BRUN

Les promoteurs, les élus et même les opposants à l’éolien ont la gueule de bois. Mais pas pour les mêmes raisons. Pour la première fois en Suisse, un projet éolien majeur, abouti et avalisé par l’État, trébuche à deux doigts de sa mise à l’enquête. C’était le parc du Mollendruz, élaboré par les villages de Juriens, de La Praz et de Mont-la-Ville, ainsi que par le Service des Énergies d’Yverdon et le zurichois EWZ durant dix ans. Ce projet de 12 éoliennes, devisé à 85 millions de francs, devait constituer l’atout principal d’Yverdon dans sa stratégie énergétique visant les 20% de renouvelable pour 2020. Il était considéré comme un poids lourd du programme éolien vaudois: la Confédération attend du Canton au minimum un quart de la production éolienne suisse en 2050. Le Mollendruz représentait un dixième de l’objectif vaudois.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.