A l’EPFL, les professeurs apprennent à tweeter

Réseaux sociauxLes enseignants peuvent suivre une formation Twitter. De quoi présenter leur travail au public et faire rayonner l’école


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est un cours un peu particulier qui a été mis sur pied à l’EPFL il y a peu. Sa spécificité? Il n’est destiné qu’aux professeurs et aux responsables de groupes de l’école. En deux heures, ce cours optionnel plutôt inédit enseigne la base des réseaux sociaux, en particulier de Twitter. Un terrain sur lequel Martin Vetterli est très actif. Chaque semaine, le président de l’EPFL tweete en moyenne une dizaine de fois. De la nouvelle zone vélo du campus à la compétition Hyperloop d’Elon Musk, où l’équipe de l’école a récemment décroché la troisième place, en passant par la nomination de nouveaux professeurs ou encore les découvertes faites à l’EPFL, c’est toute la vie de l’institution que Martin Vetterli publie régulièrement.

Aimant à répéter que les scientifiques doivent consacrer une partie de leur temps à expliquer leurs activités au grand public, le président entend voir ses professeurs suivre la même voie que lui.

Il n’en fallait pas plus pour que le cours Twitter voie le jour. «Le but de cette formation est simple: amener davantage des 350 professeurs de l’École à utiliser les outils de communication disponibles en ligne. Seuls 70 à 80 d’entre eux le font à ce jour. Si nous visons en priorité Twitter, c’est parce que celui-ci semble le plus adéquat, à l’heure actuelle, pour les échanges d’informations scientifiques», précise Mirko Bischofberger, conseiller scientifique rattaché à la présidence.

Avec ce cours, il est aussi question d’instaurer un dialogue avec le public, le tout pour correspondre à la dimension fédérale de l’école. «Après tout, par le biais des impôts, le public finance une bonne partie des recherches menées à l’EPFL. Il est donc logique que les chercheurs prennent un peu de leur temps pour expliquer ce qu’ils font. Les scientifiques doivent prendre l’habitude de mieux expliquer leur travail, et pas seulement au travers des médias, mais aussi en utilisant les nouveaux outils numériques», poursuit Mirko Bischofberger.

Côté participants, entre trente et quarante personnes ont déjà suivi l’un des deux cours dispensés jusque-là. D’autres manifestent leur intérêt, à l’image d’Anne-Clémence Corminbœuf, professeure associée au Laboratoire de design moléculaire computationnel. «Je pense m’inscrire pour la prochaine formation. Dans le domaine de la recherche, Twitter est un outil très pratique si l’on sait s’en servir. On y lit beaucoup de choses qui touchent à nos domaines et cette plate-forme est un excellent moyen de diffusion pour nos articles scientifiques.»

Directeur de la Chaire en économie et management de l’innovation, Dominique Foray, qui compte lui aussi suivre la formation, approuve. «Un professeur a un rôle social de diffusion de son expertise au-delà des sphères de l’académie – c’est une fonction de communication vers la société qui comprend deux tâches: traduction et diffusion. Le cours Twitter peut aider à accomplir cette double tâche de façon efficace et satisfaisante.»

Stratégie marketing

Plus généralement, cette formation s’inscrit dans une course à la visibilité dans laquelle sont engagées les écoles les plus prestigieuses du monde. À ce petit jeu, avec plus de 35 000 followers (ces gens qui suivent l’école sur Twitter), l’EPFL est encore loin de Stanford (614 000), de Harvard (862 000) et du MIT (951 000).

«Twitter est un excellent outil marketing. En ce sens, la formation dédiée permettra de faire rayonner le nom de l’EPFL encore davantage, explique Marcel Salathé, professeur au laboratoire d’épidémiologie numérique, très actif sur Twitter depuis dix ans. Il y a bien sûr des réticents, mais de plus en plus de scientifiques sont inscrits sur la plateforme. Twitter, c’est participer au débat, mais c’est aussi pouvoir écouter: les articles scientifiques, les conférences et même les scandales, tout s’y dit. Personnellement, c’est ma première source d’informations. Et c’est la meilleure.»

(24 heures)

Créé: 09.08.2018, 07h33

Articles en relation

Des trajets Lausanne-Genève en train… mais dans le Léman

Projet Un étudiant de l’EPFL a imaginé un métro à haute vitesse immergé dans le lac pour relier les gares des deux villes. Plus...

La machine à remonter dans le temps de l'EPFL vise le milliard

Projet Les responsables du projet Time Machine travaillent pour convaincre l’Europe de leur décerner un financement monstre. Plus...

L’EPFL remporte la troisième place du concours d'Elon Musk

Hyperloop Le concours visant à révolutionner les transports valide la vision de Musk. Dans le monde, les projets se multiplient. Plus...

À l’EPFL pour un camp d’été entre filles

Sciences Le campus propose des semaines d’activités «sans garçons» pour les jeunes passionnées de technologie. Découverte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.