Epidémie: les chirurgiens veulent aider le CHUV

VaudFace au report d'opérations au CHUV dû à des bactéries contagieuses, la société vaudoise de médecine (SVM) se montre solidaire.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les chirurgiens sont à disposition pour assurer des interventions dans d'autres établissements. Le CHUV se dit «très touché» par le geste, mais la situation est actuellement stabilisée.

«C'est une situation inhabituelle, avec une épidémie qui empêche le CHUV d'opérer en chirurgie viscérale», explique mardi Véronique Monnier-Cornuz, présidente de la SVM. «Notre offre consiste à dire au CHUV et à la population que les chirurgiens sont prêts à venir en aide. Que le patient soit au bénéfice d'une assurance privée ou pas».

Esprit de complémentarité

«Le système privé est prêt à aider le système public», poursuit la doctoresse, dans un esprit de complémentarité. Seule réserve: la SVM ne peut pas se prononcer sur les aspects administratifs qui relèvent des autorités compétentes, note-t-elle.

La réponse du CHUV est claire et rapide. «Nous sommes très touchés par cette marque de solidarité, de la part de la SVM comme de la clinique lausannoise La Source», indique à l'ats Pierre-François Leyvraz, directeur général du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Situation stabilisée

Après l'annonce vendredi dernier de la progression de bactéries contagieuses résistant à l'antibiotique vancomycine (VRE), le CHUV avait dû reporter les opérations prévues en chirurgie viscérale. «Aujourd'hui, la situation s'est stabilisée. Pour la semaine prochaine, nous ne devrions pas renvoyer de malades», affirme le directeur général.

Pour certaines interventions très lourdes, il n'y aurait de toute manière pas la possibilité d'agir en dehors d'un hôpital universitaire. Qu'il s'agisse d'une clinique ou d'un établissement public périphérique.

Pas d'entrave administrative

Dans des cas moins compliqués, et si la situation devait s'aggraver au CHUV, un recours notamment à des cliniques serait peut-être nécessaire, ajoute Pierre-François Leyvraz, qui écarte tout problème administratif dans une situation d'urgence et d'entraide. Il s'agit de collaborer pour le bien des patients. (ats/nxp)

Créé: 03.05.2016, 18h34

Articles en relation

Une bactérie «très contagieuse» sévit au CHUV

Canton de Vaud Le Centre hospitalier universitaire vaudois est contraint d'annuler des opérations en chirurgie viscérale. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...