«Toute l’équipe mérite quelques jours de vacances»

SOLAR IMPULSE Bertrand Piccard dirigeait son avion solaire vers Pontarlier, peu après 16?h quand il a répondu à nos questions

Image: Keystone - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans quelques heures à peine, Bertrand Piccard posera Solar Impulse sur la piste d’atterrissage de l’aérodrome de Payerne, bouclant ainsi le premier vol aller-retour intercontinental d’un avion solaire. Nous l’avons joint dans son cockpit, neuf heures après qu’il a décollé de Toulouse.

- Bertrand Piccard, il est 16?h passé de quelques minutes, où vous trouvez-vous exactement?

- Je suis un peu à l’ouest de Genève et je pointe le nez de mon avion en direction de Pontarlier où je traverserai le Jura en vue de mon arrivée à Payerne. Je vole à 37 nœuds en vitesse sol.

- Ce qui signifie que vous serez à l’heure prévue à Payerne, où vous êtes attendu aux environs de 20?h?

- Oui. J’ai à peu près 20?minutes de retard sur le programme, parce que j’ai pris le temps de quelques photos au-dessus du Massif central tout à l’heure

- On imagine que vu d’où vous êtes, le spectacle doit être merveilleux…

- Tout à fait. Avec la verrière panoramique de Solar Impulse, on bénéficie de vues fabuleuses. Aujourd’hui c’était le Puy-de-Dôme, mais il y en a eu d’autres.

- Et si vous deviez n’en retenir qu’une?

- Ce serait le détroit de Gibraltar. A 9000?mètres d’altitude, on peut embrasser d’un même regard l’Europe et l’Afrique. C’est tout simplement féerique!

- Vous avez passé un temps considérable de cette dernière étape à répondre aux questions des journalistes. N’est-ce pas dangereux?

- Si le but du projet était simplement de voler, on ne répondrait pas. Mais nous avons pour objectif d’expliquer ce que nous faisons et pourquoi. De démontrer cette expérience positive autour des énergies renouvelables qui permettent tant de choses et même la création d’emplois. Ces choses, les gens doivent les connaître et nous devons les faire connaître avec les moyens dont nous disposons. Répondre en vol est une manière de faire partager notre aventure.

- Vous avez dirigé Solar Impulse à quatre reprises. Vous êtes-vous fait quelques frayeurs?

- Pas des frayeurs, mais des expériences déconcertantes. Lorsque je volais entre le Maroc et l’Espagne, il y avait beaucoup de vents d’ouest et le nez de mon avion pointait vers le Portugal. Sous l’effet de ce souffle, je reculais à une vitesse d’environ 15?km/h. C’est une expérience pour le moins bizarre.

- Et l’atterrissage à Payerne, tout à l’heure, vous l’appréhendez?

- Un peu parce qu’avec cet avion, c’est la partie la plus délicate en raison de la proximité du sol et des turbulences que l’on peut rencontrer. Il s’agit d’être hyperconcentré. Et tout de suite après, on passe à une phase beaucoup plus festive avec toute l’équipe.

- Et après la fête, vous avez le temps de prendre quelques jours de vacances?

- Oui, heureusement, parce que ce périple au Maroc représente six mois de préparation, qui engendrent beaucoup de stress et de travail. Toute l’équipe mérite ces quelques jours de vacances.

(24 heures)

Créé: 24.07.2012, 17h15

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.