L’esplanade du château, entre histoire et balançoires

Esprit des parcsLe parc surplombe la ville et offre un panorama exceptionnel sur la région.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il suffit de grimper un peu pour arriver sur l’esplanade du Château, à Orbe. Ce joli coin de verdure surplombe la ville et offre un panorama à 360 degrés sur la région. On y voit les usines en contrebas (les fins nez sentiront même l’odeur du café), mais surtout la plaine de l’Orbe, le Jura, les Alpes. Si on ne connaît pas précisément la date de sa construction (entre le IXe et le XIe siècle), le château fut détruit par les Confédérés en 1475. Aujourd’hui subsistent uniquement deux des cinq tours présentes à l’époque.

En se munissant d’une pièce de deux francs, on peut monter au sommet de la tour ronde. Une fois le portail franchi – la commune a dû se résoudre à cette solution pour éviter les déprédations –, on accède aux escaliers en colimaçon. Une musique et quelques bruitages de pas et de serrure accompagnent l’ascension et ne manquent pas de faire sursauter! Il faut dire que le lieu est parfait pour donner des frissons au visiteur solitaire. La porte d’accès, métallique et lourde, se referme bruyamment. Moyennant quelques petits efforts, on parvient au sommet de cette construction de 1236. La vue est impressionnante et permet d’embrasser du regard la globalité de l’esplanade, avec ses bancs, sa place de jeux et son autre tour. «Le château d’Orbe a souvent changé de seigneur, explique Mathias Glaus, archéologue croisé par hasard sur place. Il était très convoité car il permettait de contrôler la région. Les murs qui entourent cette esplanade datent du XIXe siècle, la commune envisage d’en assainir certains, raison de ma présence ici.»

Une esplanade très appréciée des enfants et de leurs parents. La place de jeux manque un peu d’ombre, mais offre une panoplie d’attractions originales. Une minityrolienne fait le bonheur des bambins les plus adroits. Deux toboggans, un tape-cul, un drôle d’engin à bascule muni de deux pneus sont autant d’atouts pour les visiteurs en culottes courtes. Quelques bancs permettent aux parents de surveiller leur progéniture confortablement assis ou aux promeneurs de pique-niquer. «Je vis à Chavornay, mais je viens ici régulièrement, explique Virginie Cuche. L’esplanade est facile d’accès et bien située. Et il y a suffisamment de balançoires pour ne pas faire de jaloux entre mes trois enfants.» Elles sont au nombre de six, disposées en cercle. Chacune est munie d’une barre transversale permettant aux plus jeunes de bien se tenir. «On peut aussi faire le tour de l’esplanade en trottinette sans danger», poursuit la mère de famille. Les voitures ne peuvent en effet pas accéder à l’esplanade, sauf pour des convois funèbres. L’église est située à l’extrémité est de l’esplanade.

L’aspect sécuritaire séduit également Adeline Languetin-Faivre. Cette éducatrice en garderie vient entre une à deux fois par semaine avec son groupe d’enfants de 3 et 4 ans. «Ici, on parvient à bien surveiller les enfants. Par ailleurs, grâce aux différents jeux, ils sont assez autonomes. La seule chose qui manque, ce sont des toilettes publiques!»

Créé: 16.07.2016, 09h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.