L'Etat défend mordicus le sommet du Mormont à Eclépens

CarrièreLe Grand Conseil a émis le voeu de pas toucher au haut de la colline protégée. Un coup dur pour l’exploitant Holcim.

L'exploitation du Mormont a débuté dans les années 1950.

L'exploitation du Mormont a débuté dans les années 1950. Image: Florian Cella - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Champagne! Pour les défenseurs du Mormont, cette colline exploitée et grignotée depuis 1952 par les cimentiers, c’est une première victoire. Mardi, le Grand Conseil a validé le vœu de la commission chargée d’étudier la nouvelle version du plan directeur des carrières («24 heures» du 10 juin). La cimenterie Holcim ne devrait pas pouvoir étendre ses activités au sommet du Mormont, protégé à l’Inventaire fédéral des paysages (IFP). Un souhait soutenu par la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro.

Cette décision du parlement vaudois était très attendue à Eclépens. Et plus particulièrement par l’Association pour la sauvegarde du Mormont (ASM), constituée en juin 2013 pour défendre bec et ongles cette colline, berceau d’un sanctuaire celtique ( lire ci-contre). «Nous sommes très contents de cette prise de position des autorités, réagit Alain Chanson, président. Cela prouve que les députés et le gouvernement soutiennent très largement la sauvegarde du Mormont.» Pour autant, le groupe d’écologistes n’entend pas baisser la garde. «C’est un combat de longue haleine qui continue. Surtout que d’autres extensions, notamment du côté de la Birette à La Sarraz, sont prévues. Il est temps d’arrêter le massacre.»

Selon Jean-Michel Dolivo, député de La Gauche, le Mormont est un site archéologique et environnemental qui mérite une protection particulière. «Si on étend l’exploitation au sommet, cela signifie que le site va être totalement défiguré. L’industrie du ciment est très polluante et elle détruit indéniablement l’environnement. Il est temps que l’intérêt public prime sur les intérêts privés de Holcim. La destruction du Mormont ne peut être justifiée pour des raisons économiques.» Et le député de marteler que des solutions alternatives existent à ce type de production. «Il faut relancer d’autres filières, à l’image de celle du bois.»

Délicate pesée d’intérêts

Désormais, tout l’enjeu repose sur une délicate pesée d’intérêts. Dans le cas précis, il s’agit de savoir si la production indigène de ciment, couvrant aujourd’hui 95% de la consommation actuelle, est d’importance stratégique ou si, à l’avenir, il faudra importer le matériau. «La Confédération doit établir le caractère stratégique national dans ce domaine, rappelle Marc And­lauer, chef de la Division géologie, sols et déchets au Canton. Nous attendons cette détermination fédérale pour mars prochain. Ce sera ensuite au Canton d’établir cette pesée d’intérêts entre la protection du site et les besoins en ciment. Mais le Canton reste maître à bord dans sa planification territoriale.»

Pour la cimenterie Holcim, qui dispose d’une autorisation d’exploiter jusqu’en 2021, l’enjeu est de taille et le coup doit être dur. François Girod, directeur du site d’Eclépens, prend acte du vœu. «Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec la Direction générale de l’environnement», précise-t-il laconiquement dans un mail. En mai 2013, la société a pourtant présenté un programme d’extension de l’exploitation dans le périmètre protégé. Si elle est confirmée, la position cantonale sonnerait donc comme un coup d’arrêt. En compensation, l’Etat propose la possibilité d’exploiter les secteurs de la Birette et de la Fontaine, hors IFP, afin de garantir l’exploitation jusqu’en 2040.

Enfin, à plus long terme, le Mormont devrait retrouver quelque peu sa forme originelle. «La volonté du Canton est de procéder au comblement de cette carrière», explique enfin Marc Andlauer. (24 heures)

Créé: 11.06.2015, 18h35

Articles en relation

L'avenir de la carrière du Mormont suscite des craintes

La Côte Le cimentier Holcim a présenté jeudi soir son projet d'extension du côté de La Sarraz et a tenté de rassurer les défenseurs de la colline. Plus...

Histoire

La colline du Mormont culmine à 605 mètres d’altitude. Elle se dresse au-dessus des villages d’Eclépens et de La Sarraz. Le Mormont se situe sur la ligne de partage des eaux entre les bassins versants du Rhône et du Rhin.

La colline abritait un sanctuaire celtique de quelque 260 fosses creusées dans l’humus. Et ce un siècle avant Jésus-Christ. On a depuis retrouvé des squelettes, des crânes ainsi que des ossements d’animaux. Sur ce site archéologique d’importance, d’autres vestiges ont été retrouvés. Des vases en céramique, de la monnaie, des bijoux, des récipients ou encore des outils en fer et des meules en pierre témoignent de la vie des habitants d’alors.

Depuis le début des années 1950, le Mormont est exploité pour la production de ciment.

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...