L’État met fin à une formation accusée de prosélytisme mormon

École professionnelleLe syndicat SUD dénonce des cours tendancieux donnés aux enseignants du Centre professionnel du Nord vaudois.

Le Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV) à Yverdon

Le Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV) à Yverdon Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La méthode a pour nom «Conversations cruciales». C’est un cours de management sur la gestion des relations et des conflits. Cette formation est dispensée aux enseigants-cadres du Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV) depuis 2017. Dans un communiqué publié jeudi, le syndicat SUD dénonce: «Cette méthode a été conçue et développée par quatre membres éminents de l’Église mormone. Elle est systématiquement diffusée par son réseau.» Le syndicat relève qu’elle n’a «strictement» rien à voir avec les valeurs et les objectifs de l’école. Il a envoyé un courrier au département concerné le 20 février dernier. «La direction du CPNV met une pression importante sur les enseignants pour qu’ils suivent ce cours, cela nous inquiète», ajoute Aristides Pedraza, secrétaire syndical.

«Rien de religieux»

C’est l’entreprise VitalSmarts qui donne cette formation. Arturo Nicora, directeur d’Inspiring Culture, à Lausanne, qui possède la franchise VitalSmarts, dit ne pas comprendre les accusations du syndicat SUD: «Il n’y a rien de religieux ni de magique dans cette méthode! Achetez le livre et lisez-le, vous verrez. Il s’agit d’une formation destinée aux managers ainsi qu’à toute personne qui souhaite améliorer ses interactions avec les autres.» À l’entendre, il n’y a aucun lien avec l’Église mormone et encore moins de prosélytisme: «VitalSmarts a été rachetée par TwentyEighty, qui est une structure financière. Des hindous, des juifs, des musulmans y travaillent. Moi-même, je suis un catholique croyant et pratiquant. Je ne sais pas d’où viennent ces accusations.»

Arturo Nicora précise que le CPNV est la première école où sa société intervient. «D’habitude, nous travaillons plutôt avec des entreprises, dont plusieurs multinationales. Nous disposons de cinq formateurs en Suisse romande et une trentaine à l’étranger. Notre méthode est reconnue mondialement et elle est tout à fait comparable à d’autres méthodes de formation d’entreprises concurrentes.» À sa connaissance, les cours donnés au CPNV «sont optionnels et on ne force personne à les suivre».

«Il s’agit d’entrepreneurs qui agissent à titre privé»

De son côté, l’Église mormone dément tout lien officiel avec VitalSmarts. Les fondateurs étaient peut-être mormons, «mais en l’occurrence il s’agit d’entrepreneurs qui agissent à titre privé. C’est une entreprise totalement indépendante, assure Yves Weidmann, porte-parole de l’Église en Suisse. Je ne suis pas au courant de leurs activités.»

Des liens directs apparaissent cependant entre VitalSmarts et l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (le nom officiel de l’Église mormone) aux États-Unis. La société, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 47 millions de dollars en 2013, est basée à Provo, dans l’Utah: cette ville est aussi le siège de l’Université Brigham Young, l’école supérieure principale de l’Église mormone. Les quatre membres fondateurs de la société, qui sont aussi les rédacteurs de la méthode «Conversations cruciales», sont diplômés de cette même université. Plusieurs membres de l’Église siègent à la direction de VitalSmarts. Justin Hale, maître formateur chez Vital­Smarts, expliquait en 2017 sur le web la façon dont «l’enseignement de ces principes a fait de lui un meilleur disciple de Jésus-Christ».

Principe de précaution

Jeudi, la direction du CPNV a refusé de s’exprimer et renvoyait toutes les questions aux services de la ministre Cesla Amarelle. «Cette formation de deux jours a été donnée à cinq reprises aux cadres, maîtres principaux et certains enseignants du CPNV, de décembre 2017 à décembre 2018, sur le budget ordinaire des formations continues de l’établissement», indique le Département de la formation (DFJC). Et de préciser que la direction du CPNV ignorait à ce moment-là que la méthode avait pour auteurs des membres de l’Église mormone. «Même s’il n’y a pas de lien évident entre les formateurs qui se trouvent en Suisse et l’Église mormone, et même si la méthode ne véhicule aucun précepte religieux, le CPNV ne programmera plus cette formation, suivant le principe de précaution», écrit Julien Schekter, communicant du DFJC.

Plus généralement, le DFJC indique qu’il recommande aux établissements de favoriser les offres de formations continues proposées à la HEP. Il précise qu’un courrier en ce sens leur sera adressé prochainement à titre de rappel.

Créé: 21.03.2019, 21h39

«Le CPNV ne programmera plus cette formation, suivant le principe de précaution»

Julien Schekter, communicant du DFJC

«La direction du CPNV met une pression importante sur les enseignants pour qu’ils suivent ce cours»

Aristides Pedraza, secrétaire syndical à SUD

Articles en relation

Pour grandir, des formations du social lorgnent Y-Parc

Yverdon-les-Bains Les assistants socio-éducatifs en devenir devraient quitter le CPNV pour s’établir dans le parc scientifique et technologique. Plus...

Le 8 janvier 1896: l’Utah abolit la polygamie et rejoint les Etats-Unis

Dans la «Feuille d'Avis de Lausanne» L’attachement des mormons à la possibilité d’avoir plusieurs épouses empêchait l’entrée du territoire dans l’Union. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.