Pourquoi l’Etat ne rembourse plus chiens guides et lunettes loupes

Prestations complémentairesLe catalogue des frais de maladie pris en charge vient d’évoluer, suscitant quelques craintes. Mais les experts rassurent.

Dans les faits, les chiens guides sont financés par l'Assurance Invalidité. Pour le Canton, c'était donc déjà «une ligne comptable de zéro».

Dans les faits, les chiens guides sont financés par l'Assurance Invalidité. Pour le Canton, c'était donc déjà «une ligne comptable de zéro». Image: Christian Brun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certains bénéficiaires des prestations complémentaires AVS/AI ont sursauté en fin d’année dernière, en recevant un courrier de la Caisse vaudoise de compensation concernant la nouvelle liste des remboursements des frais de maladie. Elle entre en vigueur au 1er janvier, après dix ans de gestation.

Dans cette nouvelle liste, les suppressions interpellent. Motif de l’arrêt des remboursements: le «peu d'utilisation» des 20 prestations concernées. C’est le cas des cannes longues et des chiens guides d’aveugles, des machines à écrire, des perruques, des magnétophones, des appareils respiratoires ou encore des lunettes-loupes, etc.

Bon accueil chez les pros

Les spécialistes se veulent pourtant rassurants. Pro Infirmis et Pro Senectute ont une première impression «plutôt positive» car il y a aussi des ajouts comme les supports de marche, les surmatelas, les coussins anti-escarres ou les appareils d’appel à l'aide. «Sur l'ensemble, il y a significativement plus de prestations remboursées, souligne René Goy, directeur adjoint de Pro Senectute Vaud. Surtout, il y a une vision sociale et économique via de nouveaux moyens auxiliaires qui renforcent la capacité des personnes à rester chez elles.»

Cheffe de service à Pro Infirmis, Karine Vaney ajoute que la liste a «officialisé toute une série de mesures et concrétisé des vœux de longue date, notamment une meilleure coordination entre une allocation pour les familles d’un mineur et son équivalent au passage à la majorité». Une révision nécessaire car elle a «regroupé en une même liste des éléments de plusieurs lois. C’est plus simple et plus transparent», résume José Rohrer, directeur général adjoint de l’Association vaudoise d’aide et de soins à domicile.

Les spécialistes confirment que les bénéficiaires ne devraient pas être pénalisés car les prestations biffées sont finançables par d’autres biais. «Les chiens guides, pour l’État, c'était une ligne comptable de zéro, puisque la prestation est directement prise en charge par l’AI en amont», illustre Vincent Pasquier, chef de projet à la Direction générale de la cohésion sociale du Canton. Des fonds fédéraux peuvent aussi compléter les assurances sociales. Pro Senectute dispose d’environ 1,5 million de francs, Pro Infirmis gère 1,17 million de prestations d’aide aux personnes handicapées. «Grâce à la nouvelle liste cantonale, nous pourrions économiser jusqu'à 30'000 francs dans ce fonds, qui seront réinvestis pour des demandes ponctuelles. Au final, cette refonte ne se fait donc pas en défaveur des bénéficiaires», explique René Goy. En dernier recours il est aussi possible de solliciter des fonds privés.

Assistante sociale à la Fondation Asile des aveugles, Fabienne Ruchti indique avoir eu «pas mal de retours inquiets de la part de la clientèle». Pour elle, les bénéficiaires AVS seront plus lésés que les bénéficiaires AI. «Il y a deux prestations qui disparaissent et posent vraiment question: les appareils de lecture et les lunettes-loupes. Ces moyens sont souvent sollicités, ils sont pris en charge par l’AI mais pas par l’AVS pour les personnes tardivement malvoyantes. Là, les PC étaient intéressantes et il faudra trouver d’autres sources de financement.» Parmi les possibilités déjà utilisées il y a les fonds de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA).

Une discrimination?

«Par ricochet, ces changements auront un impact sur notre budget, déplore Marie-Thérèse Faivre, responsable de service à la FSA. Et 6 des 20 suppressions concernent les personnes handicapées de la vue. Est-ce qu’on introduit une discrimination par type de handicap? Ce serait contraire à la Convention de l’ONU sur les droits des personnes handicapées.»

À l’État, Vincent Pasquier défend «un gros travail avec les partenaires et des arbitrages entre des objectifs médico-sociaux et des aspects budgétaires». La liste «prend en compte les réalités démographiques et la volonté des personnes de rester chez elles. Il y a un renforcement de la prévention pour, au final, une révision financièrement neutre pour le Canton.» Il rappelle que 32'000 personnes bénéficieront des prestations de cette liste pour un budget annuel d’environ 70 millions de francs.

Créé: 27.01.2020, 06h48

Le point sensible des proches aidants

La liste présente des suppressions et des modifications. Son chapitre «Aide au ménage et tâches d’assistance par un membre de la famille» fait tiquer Pro Infirmis. Car le défraiement pour les proches aidants non confrontés à une perte de gain est fixé à 2400 francs annuels tandis que les proches aidants confrontés à une perte de gain verront (dès 2022) leur compensation plafonnée à 1560 francs par mois. «C’est contradictoire avec les efforts consentis au niveau fédéral», réagit Pro Infirmis.

«Nous ne souhaitons pas mettre en place un système incitatif qui pousserait les proches à sortir du marché du travail, répond Vincent Pasquier pour l’État. Des situations de proches aidants démontrent que lorsqu’il y a plusieurs prestataires cela permet de prévenir l’épuisement et les risques de négligence.» Proche aidante et secrétaire générale de l’Association de proches aidants, Waltraut Lecocq est dubitative: «Il ne faut pas voir ces aides comme incitatives car les proches aidants ne réfléchissent pas comme ça. L’important est qu’ils puissent choisir le fonctionnement le plus adapté, en famille ou avec des prestataires extérieurs.»

À propos du terme de «plafonnement», Vincent Pasquier précise qu’il s’agit plus d’une simplification du calcul et d’une harmonisation des tarifs avec le personnel privé. Certains verront le revenu revu à la baisse; d’autres seront valorisés grâce à ce tarif horaire forfaitaire.

Articles en relation

Faut-il plafonner les primes maladie à 10% des revenus?

Santé Alors que l'initiative du PS sur les primes maladie est déposée, Pierre-Yves Maillard (PS) et Philippe Nantermod (PLR) livrent leurs arguments. Plus...

Faire un trip au LSD chez son psy

Santé La Confédération autorise l’utilisation thérapeutique de substances psychédéliques au compte-gouttes. Un psychiatre de Vevey vient de décrocher une autorisation. Plus...

«Je suis proche aidante de mon fils autiste»

FEMINA Paul a été diagnostiqué tout jeune. Deux voyages ont changé sa vie et celle de sa maman Marie-Jo. Aujourd’hui, leur quotidien valse entre occupations spécifiques pour lui et performances artistiques pour elle. Plus...

«Un séjour en hôpital soulagerait mon épouse!»

Santé Tétraplégique, Carlos Kenedy vit à domicile mais aimerait offrir parfois un peu d’air à Véronique, son épouse proche aidante. Ni solution ni centre adaptés à son état n’existent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.