Etude Unia: convention de travail plus favorable

RéactionsAlors que Pierre-Yves Maillard annonce une amélioration salariale dans le canton de Vaud, les réactions à l'étude d'Unia sont mitigées.

Selon Pierre-Yves Maillard, conseiller d'Etat à la tête de la Santé et l'action sociale, les salaires du personnel soignant devraient être indexés.

Selon Pierre-Yves Maillard, conseiller d'Etat à la tête de la Santé et l'action sociale, les salaires du personnel soignant devraient être indexés. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le monde politique, le mal-être du personnel soignant est un phénomène connu. Il est sur la table. Ministre vaudois de la Santé, Pierre-Yves Maillard partage les constats d’Unia et finalise une évolution favorable en matière de salaires: «Je pense qu’il sera possible d’apporter une réponse concrète aux revendications salariales, cette année encore, en indexant la convention de travail à celle appliquée dans le nouvel Hôpital Riviera-Chablais, qui est plus avantageuse, annonce-t-il. C’est dans les EMS vaudois que cela va provoquer le plus gros rattrapage.» Il rappelle par ailleurs que la pression va encore s’accentuer puisque les besoins en matière de soins vont évoluer selon la courbe démographique et «nécessiter la création de 100 000 emplois dans les vingt prochaines années» dans ce secteur.


A lire: Épuisés, 47% des soignants en EMS pensent à quitter leur métier


Plus généralement, le député UDC vaudois Thierry Dubois admet la surcharge des infirmières. «Mais cela ne se résoudra pas en augmentant le personnel d’un mammouth tel que le CHUV, dit-il. Cet hôpital ne peut plus tout gérer et doit collaborer avec les autres centres régionaux.» Son collègue PLR Philippe Vuillemin suit le même chemin en matière d’augmentation des ressources: «C’est déjà un casse-tête pour un directeur d’EMS de trouver du personnel, estime-t-il. Le seul remède est une gestion pointue des équipes afin de préserver les employés.» Quant à la demande syndicale de supprimer l’annualisation du travail, il la relativise: «Elle revient périodiquement, une fois on la souhaite, puis on n’en veut plus, et cela dépend de chacun.»

Dans la formation, les espoirs syndicaux sont également relativisés. «La solution n’est pas que pécuniaire, on la trouvera plutôt dans le dialogue, dit Patrick Van Gele, doyen de la filière de soins infirmiers de la Haute École de santé Vaud. À un moment où les soins deviennent de plus en plus compliqués, il faut trouver des solutions ensemble.» À la tête de l’École de la Source, Jacques Chapuis n’a pas non plus de remède miracle, mais invite à considérer la particularité du secteur. «Dans les professions soignantes, la confrontation à la souffrance et à la douleur s’avère difficile à gérer; la qualité des soins exige une attention et une disponibilité difficilement conciliable avec la pure logique de productivité.»

Créé: 15.02.2019, 20h07

Articles en relation

Pourquoi Unia se met au chevet du personnel soignant

Santé En dévoilant un sondage sur les conditions de travail en EMS, le syndicat cible un nouveau public. Cela s’explique. Plus...

Épuisés, 47% des soignants en EMS pensent à quitter leur métier

Santé Un sondage dévoilé par Unia vendredi matin éclaire d’une manière crue la réalité du personnel dans le domaine des soins de longue durée. Plus...

«C'est pour les patients que j'ai choisi ce métier, c'est pour eux que je le quitte»

Soins infirmiers Le syndicat Unia a dévoilé vendredi un sondage glaçant sur la réalité du personnel soignant. Il fait écho au témoignage d'Albane Widmer, une jeune infirmière vaudoise désillusionnée, que nous avions publié en janvier 2019 et que nous vous proposons ci-dessous. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.