Passer au contenu principal

L’évêché fouille dans son passé avec un «présupposé de méfiance»

Mgr Morerod a annoncé qu’une ex-policière scrute les archives de l’institution.

Selon Mgr Morerod, le vocabulaire des archives du diocèse est «très peu explicite».
Selon Mgr Morerod, le vocabulaire des archives du diocèse est «très peu explicite».
SÉBASTIEN ANEX

«Aussi longtemps que nous cherchons à protéger d’abord notre institution, nous passons à côté de notre devoir.» Cette phrase de Mgr Morerod donne le ton de la soirée qui s’est déroulée mercredi soir à Lausanne. L’évêque, invité à une table ronde par le groupe Sapec (Association de soutien aux personnes abusées dans une relation d'autorité religieuse), ne s’est pas défilé, alors que son diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg (LGF) traverse une tempête: la révélation de présumés abus sexuels du curé de la cathédrale, Paul Frochaux – actuellement suspendu –, sur un jeune de 17 ans à l’époque des faits (donc mineur aux yeux du droit canonique). Ce scandale était présent tant en filigrane qu’explicitement dans les questions de l’assemblée, où s’étaient glissés des journalistes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.