Comment éviter le social à des centaines de jeunes

Grand ConseilUne disposition légale permettra au Canton d’amener un plus grand nombre de jeunes vers des formations professionnelles.

Josée Martin (Les Verts) et Jean-Michel Dolivo (La Gauche) ne sont pas d’accord sur l’utilité et les effets de la modification de la loi.

Josée Martin (Les Verts) et Jean-Michel Dolivo (La Gauche) ne sont pas d’accord sur l’utilité et les effets de la modification de la loi. Image: Jean-Bernard Sieber

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les jeunes dans la panade préoccupent les autorités. Surtout le nombre grandissant des 18-25 ans à l’aide sociale. Face à une tendance lourde, les députés se sont longuement penchés hier sur une modification de la loi sur l’action sociale vaudoise (LASV). Un nouvel article (31bis) devrait permettre à des jeunes à la charge de la collectivité d’apprendre un métier tout en conservant des moyens de subsistance équivalents au revenu d’insertion (RI). La mesure vise à booster le programme d’insertion FORJAD, déjà mis en place depuis 2006.

De 1000 à 1500 jeunes Vaudois entrent à l’aide sociale chaque année, alors que 3000 y sont en permanence, selon des estimations avancées hier par Pierre-Yves Maillard: «Le programme FORJAD ne permet actuellement pas de compenser le nombre d’entrées par autant de sorties», explique le ministre de la Santé et de l’Action sociale. La modification de loi permettrait d’accélérer le processus de sortie pour des centaines de jeunes grâce à des mesures ciblées.

La première consiste à contacter les parents «et à définir avec eux leur possible participation matérielle ou financière». Une fois leur accord obtenu, une convention sera signée avec eux. La deuxième mesure consiste à garantir au jeune un revenu équivalent au RI jusqu’à ce qu’une bourse ou le soutien financier des parents prenne le relais.

«Le but est de gommer une inégalité, explique Pierre-Yves Maillard, car, à situation de famille égale, le soutien public à la formation est moins généreux que le soutien public à l’indigence.» Au passage, le Canton pourra se renseigner sur la situation financière des parents et les contraindre à participer à la formation. «Cette question de la participation financière des parents est importante», a souligné Josée Martin (Les Verts), rapporteuse d’une commission en majorité acquise à ces mesures.

«Une usine à gaz»

Pas si vite! lance Jean-Michel Dolivo: «Ce système va mettre en place une véritable usine à gaz de discussions avec les parents», craint le député de La Gauche. Sa collègue Christiane Jaquet-Berger redoute que la pression mise sur les parents ne péjore des rapports familiaux et n’aggrave des situations déjà douloureuses. «Surtout, qu’arrivera-t-il aux jeunes qui refuseront les formations proposées? demande Jean-Michel Dolivo. Ils risquent de subir des sanctions et verront leur situation encore aggravée.» Il n’y aura pas davantage de sanctions que dans le régime actuel, garantit le Conseil d’Etat. Sauf pour la pression mise sur les parents: si leur situation financière le permet, ceux-ci sont légalement tenus d’entretenir leurs enfants en formation. Au final, la grande majorité des députés a suivi l’avis du Conseil d’Etat et de la commission et a approuvé le projet au terme du premier débat.

La question de la participation des parents est également d’actualité à Berne. Le conseiller national Laurent Wehrli (PLR/VD) a déposé une motion en mars dernier afin de contraindre les parents à assurer l’entretien de leurs enfants si ces derniers sont à l’aide sociale. Actuellement, ils ne sont pas tenus de payer dans un tel cas de figure, alors qu’ils doivent passer à la caisse si leurs enfants sont en formation.

Créé: 31.05.2016, 21h14

Articles en relation

Le chantier de la santé qui engage Pierre-Yves Maillard à rester

Vieillissement démographique La fusion des soins à domicile avec les réseaux de santé recèle de gros enjeux sociaux, financiers et de modernisation du Canton. Le défi aiguise l'appétit de réforme du conseiller d'Etat socialiste Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.