Passer au contenu principal

L’excès de vitesse d’une sage-femme était justifié

La justice a donné raison à une sage-femme qui roulait à 158 km/h sur l’A1. Éclairage sur ces cas où l’urgence prime sur le délit

«Avant Via Sicura, tout comme maintenant, un conducteur ne sera pas sanctionné s’il a un juste motif. Les critères sont toutefois stricts», commente Me Tony Donnet-Monay, membre du groupement des avocats de la route.
«Avant Via Sicura, tout comme maintenant, un conducteur ne sera pas sanctionné s’il a un juste motif. Les critères sont toutefois stricts», commente Me Tony Donnet-Monay, membre du groupement des avocats de la route.
DR

Depuis l’entrée en vigueur de Via Sicura et de ses peines très sévères contre les chauffards, des policiers ont à plusieurs reprises exprimé leur inquiétude d’être traités comme n’importe quel délinquant de la route.

Récemment, ce sont des ambulanciers qui évoquaient leurs craintes sur les ondes de la RTS, allant même jusqu’à affirmer lever désormais le pied lors d’interventions. Un arrêt de la Cour de droit administratif du Tribunal cantonal, rendu public vendredi dernier, permet de clarifier les risques encourus par ces personnes dont les métiers nécessitent parfois de commettre un délit sur la route.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.