Passer au contenu principal

Explorer la vie au pied des glaciers tant qu’il y en a

L’EPFL lance une expédition pour étudier les bactéries nichées dans les ruisseaux des glaciers. L’occasion d’observer une vie jamais analysée.

Le laboratoire mobile de l’EPFL, bardé de sondes et de capteurs, s’entraîne au pied du glacier du Rhône. Il s’apprête à sillonner le monde pour étudier les eaux de plus de 250 glaciers

L’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) s’apprête à étudier ce qui ne l’a jamais été: la vie bactérienne qui évolue au pied des glaciers. «Nous avons sondé les océans les plus profonds et analysé les calottes polaires, mais jamais les ruisseaux qui coulent des glaciers. Ces derniers fondent, le niveau des eaux augmente mais nous n’avons que peu d’idées de ce qui se passe entre ces deux phénomènes. Dans les eaux glaciaires, les micro-organismes sont à la base de la chaîne alimentaire et ont orchestré les principaux cycles biogéniques (ndlr: lorsque plusieurs organismes vivants en créent un nouveau) de la planète pendant plus de trois milliards d’années, mais nous ignorons la manière dont ils se sont adaptés à ces conditions extrêmes. Or, avec le réchauffement climatique, cet infiniment petit est en train de se volatiliser», lance Tom Battin, directeur du Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux (SEBR) de l’EPFL et directeur scientifique du projet.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.