Extinction Rebellion, une machine bien rodée

ActivismeEn moins d’une année, le mouvement, qui annonce une action à Lausanne vendredi, est monté en puissance grâce à une stratégie réfléchie qui laisse peu de place au hasard

La dernière action de XR, qui a vu la Limmat virer au vert fluo, a fait le tour du monde.
Vidéo: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a une année, Extinction Rebellion n’existait pas. Mais en quelques mois le mouvement né à Londres en octobre 2018 a su se rendre quasi incontournable. Grâce à des actions spectaculaires taillées pour les réseaux sociaux et conçues pour marquer les esprits ainsi qu’à un discours plus radical que celui des mouvements écologistes traditionnels, «XR» ne laisse pas indifférent. Le mouvement, qui prône la désobéissance civile non violente pour forcer les gouvernements à agir pour l’environnement, agace ceux qui font les frais de ses actions chocs, fascine les partisans de Greta Thunberg et embarrasse la police.

Dopée par sa notoriété, comme une star qui se doit à ses fans, la branche suisse du mouvement s’est même offert le luxe de mettre sur pied une tournée. Un «XR Tour» dont la récente date zurichoise, qui a vu la Limmat virer au vert, a fait le tour du monde. À quelques heures de l’escale lausannoise, qui en constituera aussi le point final, zoom sur une ascension irrésistible.

Les effectifs

Constituée de moins de dix personnes à ses débuts, la branche lausannoise de XR compte aujourd’hui plus de 100 membres actifs. «Sans compter tous les sympathisants qui gravitent autour du mouvement», se réjouit Antoine Thalmann, membre de la première heure, qui assure n’avoir jamais vu pareil engouement «en dix ans de militantisme».

Recrutés lors de conférences, les nouveaux membres se voient proposer des ateliers de désobéissance civile et des conseils juridiques. Contrairement à l’idée reçue qui voit dans XR un mouvement purement estudiantin, l’entité revendique «beaucoup de quadras», des pros du marketing ou encore des médecins dans ses rangs. L’organisation se veut très horizontale, mais XR compte tout de même quelques têtes qui dépassent. Et qui restent souvent dans l’ombre.

Fine connaissance des lois

Comportement à adopter en cas d’arrestation, risques juridiques et montants des amendes encourues… XR fournit aux activistes une assistance juridique depuis le début. Mais la petite liste a fait long feu. Désormais, ce sont des fichiers précis et complets qui s’échangent. On y trouve par exemple les modalités des interrogatoires, des fouilles ou encore les subtilités du nouveau Code de procédure pénale. Mais aussi les règlements, canton par canton, qui régissent l’action de la police; ses droits et ses devoirs. Sans oublier la délicate question des prélèvements ADN.

Avant chaque action, des juristes sont sollicités pour indiquer aux activistes ce qu’ils risquent en détail. Les participants, dont l’inscription est souhaitée sur la page Facebook d’Extinction Rebellion Lausanne, peuvent ainsi choisir leur «degré d’implication»: du comportement docile à la «prise de risques physiques». Pour vendredi, XR annonce la présence de l’ancien bâtonnier Christian Bettex en tant «qu’observateur neutre» et la prochaine mise sur pied «d’une équipe d’avocats pour le climat» pour ceux qui risquent des conséquences judiciaires.

Organisation professionnelle

XR ne laisse rien au hasard et agit presque comme une entreprise. En vue de l’action de vendredi, ce sont carrément des offres d’emploi qu’a publiées le mouvement. Des manutentionnaires aux juristes en passant par des porte-parole, des électriciens, des guetteurs, des bloqueurs, des gardiens de la paix ou encore des référents pour les forces de l’ordre, la liste témoigne d’un haut degré de préparation.

Transparence tactique

À Lausanne, les premières actions étaient ouvertement annoncées avec force détails. Outre le but d’attirer un maximum de monde, cette transparence répondait à un objectif tactique que le mouvement appelle «l’action dilemme».

En substance, il s’agit de placer la police face à un choix cornélien. Si les forces de l’ordre jouent la carte de la répression, XR répond par la non-violence et n’insiste pas, attirant la sympathie. Si la police tolère l’action, le mouvement jouit d’une plateforme de rêve pour faire passer son message.

Mais, pour vendredi, rien de tout cela. Le détail de l’action, dont on discute sur des messageries sécurisées, est tenu secret. Le lieu ne sera communiqué qu’au dernier moment. De quoi jouer sur l’effet de surprise. Ce que l’on sait, c’est qu’il ne faut pas s’attendre à une action spectacle comme à Zurich. La date lausannoise du XR Tour mise en effet sur une opération «disruptive». «Ce sera une action de type blocage de plusieurs heures, nous serons assez pour y arriver», confirme un membre de XR.

La réaction policière

C’est LA grande inconnue de vendredi. Face à XR, dont la moindre action est retransmise en direct sur les réseaux sociaux, les forces de l’ordre jouent sur du velours. D’abord conciliante avec le mouvement, puis serrant la vis – plusieurs activistes ont été embarqués lors de leur dernière opération –, la police oscille dans ses réactions. Refusant de comparer les actions – et donc les réponses qu’elles entraînent –, la police municipale se contente de répliquer qu’elle agit au cas par cas, selon les principes de proportionnalité, d’opportunité et de légalité.

Mercredi, une délégation de XR a rencontré le municipal lausannois de la Police, Pierre-Antoine Hildbrand, et le chef de la police. Le mouvement évoque une conversation constructive, le politique ne fait pas de commentaire. Réponse vendredi.


Les actions notoires d'Extinction Rebellion en Suisse

Lausanne: le 15 avril 2019

Première action de XR Lausanne: le blocage du pont Chauderon pour un «p’tit déj de la révolte» réunit près de 250 personnes. Décidée à évacuer la chaussée, la police se heurte à un mur. Elle n’insiste pas, se met en retrait et laisse l’action aller à son terme. Le blocage des ponts est l’une des marques de fabrique du mouvement.

Lausanne: le 18 avril 2019

Rebelote à Lausanne trois jours plus tard pour «un pique-nique festif» sur le Grand-Pont. Peu après midi, plus de 350 personnes s’assoient pour manger. Refusant la confrontation, la police laisse faire et va même jusqu’à bloquer elle-même le trafic pour l’action. À Lausanne, les forces de l’ordre ne seront pas toujours aussi coulantes.

Berne: le 6 juin 2019

Pour simuler la mort causée par la destruction de l’environnement, les activistes de XR déversent du faux sang près du Palais fédéral. L’action, qui vise à marquer les esprits, a aussi eu lieu sur la place du Trocadéro, à Paris, ou encore à Hambourg.

Zurich: le 10 septembre 2019

La Limmat colorée en vert fluo, pour dénoncer «l’effondrement de notre écosystème», compte parmi les actions les plus impressionnantes de XR. Ces images ont fait le tour du monde, le pari est réussi. Avec un montage vidéo en musique, des plongeurs et des images prises par drones, l’action est calibrée pour les réseaux sociaux.

Créé: 19.09.2019, 06h52

«Le côté déstabilisateur séduit»



Maître d’enseignement et de recherche à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’UNIL, Hervé Rayner est spécialiste des actions collectives.

À quoi tient l’essor d’Extinction Rebellion?

Peut-être déjà au mot «Rebellion», qui permet de contourner le terme de Révolution, moteur de tant de mobilisations par le passé. Aujourd’hui, comme le dit le philosophe Alain Supiot, la catastrophe climatique a remplacé la révolution dans l’horizon d’attente. Une urgence qui permet d’attirer du monde.

Le côté spectaculaire de XR joue-t-il un rôle?

Sans aucun doute. Le côté déstabilisateur, «disruptif», séduit beaucoup. La Limmat en vert, les ponts bloqués et l’irruption dans des lieux symboliques tels que la place Fédérale marquent les esprits mais servent aussi à pallier un manque de nombre.

XR prône la non-violence. Est-ce vraiment le cas?

Oui et non. Car, comme avec Gandhi, cette non-violence peut entraîner une violence répressive. D’où l’organisation de stages par des militants plus aguerris. On y apprend à rester à terre en s’enchaînant les uns aux autres pour forcer la police à intervenir, quitte à user de la force.

Le tout en direct sur les réseaux sociaux…

Le fait que ce soit filmé peut effectivement s’avérer gênant. La composition très genrée du mouvement est une difficulté de plus. Chez XR, il y a plus de femmes que dans d’autres mouvements d’actions collectives jugés radicaux. Dans leur sillage, il y a des enfants en bas âge et des seniors: un vrai casse-tête pour les forces de l’ordre.

Articles en relation

«Extinction Rebellion ne causera aucune déprédation»

Yverdon-les-Bains L’UDC s’étonne de voir le mouvement social à l’affiche du festival AlternatYv. L’organisation justifie sa programmation. Plus...

Des activistes colorent la Limmat en vert

Zurich Les eaux de la rivière zurichoise ont été colorées en vert ce mardi après-midi par des activistes du mouvement écolo «Extinction Rebellion». Plus...

Extinction Rebellion accuse la police d’avoir voulu humilier et intimider

Lausanne Des activistes écologistes emmenés au poste disent avoir subi des traitements «excessifs». Plus...

La police serre la vis à Extinction Rebellion

Lausanne Des activistes ont été empêchés de bloquer une artère du centre-ville. Avec arrestations et amendes à la clé. Plus...

«Nous voulons mettre la police face à un dilemme»

Lausanne Les activistes d'Extinction Rebellion, qui comptent bloquer le Grand Pont ce jeudi, savent ce qu’ils risquent. Et en jouent. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.