Pas facile de réinstaller l’«Helvétie» à Ouchy

CGNLe conseiller d’Etat Philippe Leuba souhaite que le bateau serve les Jeux olympiques de la jeunesse. Le projet se révèle plus complexe que prévu.

Inauguré en 1926, long de 78,50 mètres, le bateau a été mis hors service en 2002.

Inauguré en 1926, long de 78,50 mètres, le bateau a été mis hors service en 2002. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après avoir été amarré le long du quai d’Ouchy, où il a accueilli, derrière une digue construite pour l’occasion, le Musée olympique temporaire de 2012 à 2013, puis l’exposition consacrée, en 2015, aux 100 ans de présence du Comité international olympique (CIO) à Lausanne, l’Helvétie, l’un des plus majestueux bateaux Belle Epoque du Léman, s’en est tristement retourné au chantier naval de la CGN en novembre dernier, là où sa rénovation complète n’est pas prévue avant 2025.

A l’époque, son départ avait ému François Dussart, directeur général du Beau-Rivage, qui déplorait le vide laissé en face de son palace. L’hôtelier s’était donc entendu avec Christophe De Kepper, directeur du CIO, et Luc-Antoine Baehni, directeur général de la CGN, pour entreprendre les démarches nécessaires au retour du bateau devant le Musée olympique («24 heures» du 24 novembre 2015). «Le CIO et le Beau-Rivage pourraient utiliser le bateau comme un salon pour des événements ponctuels, précisait alors François Dussart. Quant à la CGN, elle voit notre initiative d’un bon œil, puisque son bateau ne serait plus à l’abandon.»

Dans l’attente d’un projet commun entre le Beau-Rivage Palace et le CIO, la CGN a donc demandé, début 2016, une prolongation de l’autorisation de maintenir la digue et les passerelles. Favorablement accueillie par le Département du territoire et de l’environnement (DTE), d’une durée limitée à une année supplémentaire, jusqu’à l’automne 2016, elle est toutefois assortie de strictes conditions: la mise à l’enquête du projet définitif doit être réalisée dans un délai d’une année, la Ville de Lausanne doit donner son accord, les opposants qui se sont manifestés lors de l’enquête initiale doivent être entendus et le financement du démantèlement des infrastructures provisoires doit être garanti par les partenaires privés, le CIO et le Beau-Rivage.

Groupe de travail mis sur pied

Dans l’intervalle, le conseiller d’Etat Philippe Leuba a imaginé que le bateau pourrait être utilisé lors des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ), qui auront lieu à Lausanne en 2020, voire carrément accueillir les bureaux de leur organisation. Du coup, le dossier a filé au Département de l’économie et du sport. «Pour l’heure, c’est la Maison du sport international qui abrite les bureaux, mais leur installation à bord de l’Helvétie est bel et bien une hypothèse de travail, confirme le conseiller d’Etat. Pour y parvenir, j’ai créé un groupe de travail qui réunit l’ensemble des services de l’Etat concernés, et nous sommes en plein boulot. Bien sûr, sa priorité est de faire en sorte que le bateau puisse retrouver sa place devant le Musée olympique.» Un souhait que partage l’ensemble du gouvernement vaudois.

«Le retour du bateau le long du quai d’Ouchy me tient toujours à cœur, et le CIO partage mon point de vue»

Le temps presse, toutefois, ne serait-ce que du fait du caractère temporaire de la prolongation de l’autorisation d’amarrage. Celle-ci pourrait être encore étendue, mais cela nécessiterait, comme le précise Jacqueline de Quattro, conseillère d’Etat chargée du Département du territoire et de l’environnement, une nouvelle mise à l’enquête.

Contre toute attente, François Dussart voit d’un bon œil l’arrivée d’un nouvel acteur dans le projet qu’il a initié et qu’il se propose de cofinancer. «J’attends de connaître les intentions précises des organisateurs des JOJ, mais le retour du bateau le long du quai d’Ouchy me tient toujours à cœur, et le CIO partage mon point de vue. Je pense même qu’il s’agit d’un renfort inespéré, dit-il avec pragmatisme, et que l’éventuelle présence de bureaux n’empêche pas l’organisation d’événements.»

Des millions à investir

Plus enclin que jamais à faire en sorte que l’Helvétie, en attendant sa rénovation complète, ne croupisse pas dix ans le long des docks du chantier naval, le directeur général de la CGN, Luc-Antoine Baeh­ni, tient néanmoins à rappeler quelques réalités incontournables.

«Pour que le bateau puisse abriter des bureaux, il faudrait renforcer la digue pour assurer sa totale immobilité, l’isoler, l’électrifier, y installer des toilettes et j’en passe. Dépenser, en somme, plusieurs millions dont la CGN ne dispose pas, souligne-t-il. C’est précisément ce que je vais dire à Ian Logan, directeur des JOJ, que je dois rencontrer prochainement. J’ajoute que le bateau, quelle que soit son affectation future, ne pourra pas retrouver le quai d’Ouchy avant d’avoir été repeint et retapé une fois encore. On parle donc d’un délai d’un an environ, parce que l’Italie ne libérera pas la place dans la cale sèche avant l’automne prochain.»

A n’en pas douter, le groupe de travail mis sur pied par le conseiller d’Etat Philippe Leuba a du pain sur la planche.

Créé: 24.04.2016, 21h08

La Municipalité «apprécie»

Le destin de l’Helvétie s’est également invité au menu du Conseil communal de Lausanne. Dans un postulat déposé en octobre 2013 et intitulé «Métamorphose sur les quais d’Ouchy», Jean-Daniel Henchoz (PLR) a en effet demandé à la Municipalité d’étudier, «en collaboration avec le Conseil d’Etat, le maintien du bateau Helvétie sur les quais d’Ouchy, au pied du Musée olympique, au-delà du 15 octobre 2014, jusqu’au moment où sa restauration et sa remise en service seront rendues possibles, ainsi que son aménagement avec des acteurs économiques, dont notamment le Musée olympique, pour permettre une exploitation temporaire attractive à déterminer».

Dans son rapport, déposé le 25 février dernier et qui passera en commission le 28 avril prochain, la Municipalité précise qu’il ne lui est pas possible, «dans l’attente du dépôt du dossier d’enquête et surtout de l’activité projetée, de prendre position et d’apporter une réponse formelle au postulat «Métamorphose sur les quais d’Ouchy», mais souligne dans le même temps qu’elle «apprécie la démarche et ne s’oppose pas au maintien provisoire des installations (digue et passerelles d’accès) dans l’attente d’un projet qui doit être déposé dans un délai d’une année».

Articles en relation

L’«Helvétie» pourrait bientôt retrouver le quai d’Ouchy

CGN Le départ du bateau à vapeur a laissé un trou béant, que le Beau-Rivage Palace et le CIO aimeraient combler sans trop attendre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...