L'avocat qui dépouillait ses pupilles n'ira pas en prison

CorrectionnelleL’homme de loi déchu jugé à Lausanne depuis lundi a écopé de 24 mois de prison avec sursis pour abus de confiance aggravé.

Le Tribunal correctionnel de Lausanne a estimé que le prévenu se trouve dans une situation où il ne servirait à rien de l'envoyer derrière les barreaux.

Le Tribunal correctionnel de Lausanne a estimé que le prévenu se trouve dans une situation où il ne servirait à rien de l'envoyer derrière les barreaux. Image: Philippe Maeder/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Contre l'avis du ministère public, l’avocat vaudois qui assurait son train de vie somptueux en puisant dans l’argent de ses pupilles confiées par l’État n’ira pas en prison.

La procureure avait requis 30 mois, dont six ferme, pour abus de confiance aggravé. Le Tribunal correctionnel s’est arrêté à 24 mois, durée maximale permettant d’octroyer un plein sursis, lequel conditionné à l’obligation de suivre une psychothérapie.

Le cas était apparu particulièrement choquant, car le prévenu avait précisément été nommé pour enquêter sur des prélèvements illicites au détriment de ces personnes. Le préjudice, à la charge du Canton, s’élève a quelque 140'000 francs.

Pourquoi cette clémence pour des actes qualifiés de «crasses» par la cour? Ce quadragénaire, pétri de remords, affaibli dans sa santé physique, couvert de dettes et à l’aide sociale, n’aurait pas eu droit à un bracelet électronique pour purger ces six mois à domicile puisqu’il est actuellement sans emploi. Or le tribunal a rappelé que la justice a aussi pour mission de contribuer à la réinsertion, qu’envoyer en prison cet homme qui a tout perdu et cherche à se reconstruire n’aurait rien apporté.

Radié du barreau, frappé d’une interdiction de pratiquer la profession d’avocat, l’intéressé avait admis entièrement les faits pour lesquels il a été condamné.

«Sa culpabilité est très lourde, souligne en substance le jugement. Issu d’un milieu modeste, doué et travailleur, voué à un parcours professionnel prometteur, il a été aveuglé par sa crainte de briser la réussite sociale pour laquelle il s’était donné tant de mal». Et d’ajouter: «Il a préféré continuer à vivre dans le paraître et a fait preuve d’une attitude indigne d’un homme de loi. Il a trahi sa profession et l’État».

De fait, cet homme de loi «assoiffé de réussite sociale et professionnelle» s’était engagé dans une spirale infernale. Une descente aux enfers qui avait résulté de son ambition de s’installer aux États-Unis pour y briller comme consultant en droit international. Cela avait duré trois ans, tout en continuant à gérer à distance son étude à Lausanne. À son retour en Suisse, en 2015, il n’avait pas retrouvé sa clientèle, tandis que ses charges s’envolaient à la suite du départ de son associé et que son couple divorçait.

Cet avocat continuant à rouler en Porsche et voyageant en business autour du monde s’était alors mis à puiser dans le compte de consignation de son étude ainsi que dans ceux de ses pupilles. Apprenant l’ouverture de l’enquête, il avait pris la fuite aux USA en 2017, avant de revenir en Suisse sur le conseil de deux avocats. Arrêté à sa descente d’avion, il avait subi quatre jours de détention, avant d’être libéré contre le dépôt de ses papiers d’identité. (24 heures)

Créé: 08.11.2018, 16h48

Articles en relation

L'avocat menait grand train grâce à ses malversations

Procès Un homme de loi jugé depuis lundi à Lausanne pour avoir plumé des pupilles que l’État l’avait chargé de protéger. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...