Brigandage à l’auberge de Sullens

Gros-de-VaudSamedi matin vers 5h20, le propriétaire de l’établissement public a surpris un cambrioleur. Ce dernier a violemment agressé le patron des lieux et son épouse avant de prendre la fuite. La police a lancé un appel à témoins


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un cambrioleur a été surpris dans l’établissement par le propriétaire de l’Auberge de Sullens, dans le Gros-de-Vaud, samedi vers 5h20 du matin. Le malfrat a alors menacé le commerçant et son épouse à l’aide d’un couteau afin de se faire remettre le contenu du coffre-fort. Les victimes ont reçu des coups à la tête et dans le dos, mais n’ont pas cédé à sa demande.

Le brigand s’est alors emparé d’une somme d’argent et a pris la fuite dans une direction inconnue, a annoncé dimanche la police cantonale dans un communiqué.

Les propriétaires de l’établissement public ont été auscultés par les ambulanciers et n’ont pas eu besoin de se rendre à l’hôpital.

Malgré l’important dispositif mis en place, avec plusieurs patrouilles de gendarmerie et un chien policier, le brigand court toujours.

Créé: 08.01.2012, 12h05

Dossiers

(Image: DR)

Appel à témoin

La police invite les personnes susceptibles de fournir des renseignements de contacter les enquêteurs au 021 644 44 44 ou via le poste de police le plus proche.

L’individu correspond au signalement suivant: un inconnu mesurant 165 à 170 cm, 35 ans environ, corpulence forte, peau légèrement foncée, cheveux rasés. Il portait une veste bleue avec une inscription jaune orange sur la poitrine, un jeans foncé et des chaussures en cuir brun clair; il s'exprimait en français.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.