Un élève meurt après une chute en camp de ski

CoppetDéjà éprouvé par la mort d’un élève en 2017, le collège de Terre Sainte est en deuil d’un ado de 13 ans, décédé après une chute à ski.

Le swnowpark d'Anzère, où le jeune élève a été victime d'une grave chute sur la deuxième bosse.

Le swnowpark d'Anzère, où le jeune élève a été victime d'une grave chute sur la deuxième bosse. Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«C’est la deuxième fois en moins d’une année que je dois annoncer aux élèves le décès de l’un de leurs camarades», soupire Pierre-Étienne Gschwind, directeur de l’Établissement secondaire de Terre Sainte, à Coppet. En août dernier, quinze jours avant la fin des vacances, un écolier de 14 ans, domicilié à Commugny, disparaissait dans un accident de Piper survenu aux Grisons lors d’un camp d’initiation à l’aviation. Jeudi dernier, c’est un autre élève, âgé de 13 ans, qui a été blessé mortellement suite à une grave chute survenue lors du camp de ski des 9e année, à Anzère (VS). Lionel, domicilié chez sa maman à Crans-près-Céligny, alors que son père habite Commugny, était un bon skieur. Il faisait partie d’un petit groupe d’une dizaine d’élèves qui s’est rendu après le repas de midi au snowpark, lieu sécurisé ouvert à tous les skieurs. Ils étaient sous la conduite d’une monitrice, professeure d’éducation physique, formée à l’enseignement du ski. Cette dernière, postée au bas des trois bosses aménagées dans la pente, faisait descendre les ados les uns après les autres. Lionel, casqué et bien équipé, a apparemment pris trop de vitesse et s’est envolé sur la deuxième bosse. Déséquilibré, il a lourdement chuté sur la tête.

Héliporté à l’Hôpital de Sion, le garçon, dont le pronostic vital était engagé, a été très vite transféré aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). «Le lendemain matin, les parents nous ayant demandé d’annoncer que leur fils était en état de mort cérébrale, nous avons immédiatement envoyé à Anzère un groupe d’intervention terrain, soit un doyen, une psychologue et une infirmière pour préparer élèves et enseignants à cette issue fatale», explique le directeur de l’école.

Ce trio a pu apporter son soutien et accorder un moment de parole aux adultes comme aux enfants, avant que ces derniers ne rentrent à Coppet dans l’après-midi. Pierre-Étienne Gschwind a accueilli à la descente du car les deux classes de 9e (une trentaine d’élèves) qui avaient passé la semaine dans un chalet d’Anzère. «En cette veille de week-end, tous ont reçu une lettre contenant des recommandations aux parents sur le comportement à adopter en cas d’événement éprouvant», note François Modoux, délégué à la communication du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture.

De son côté, la monitrice de ski était effondrée par ce tragique accident, que tous les intervenants veulent attribuer à la fatalité. Soutenue par deux collègues, elle a été auditionnée vendredi dans le cadre de l’enquête ouverte par le Ministère public valaisan pour préciser les circonstances exactes du drame. La police cantonale valaisanne ayant mentionné dans un premier temps que la jeune victime était domiciliée à Genève, le Département de la formation et sa cheffe, Cesla Amarelle, n’ont pu exprimer leur sympathie à la famille en deuil et leur soutien à l’école que lundi. «Cela nous a permis de gérer les événements au calme», apprécie le directeur.

À la reprise de l’école, lundi matin, ce dernier a convoqué l’ensemble des 500 élèves de l’établissement à l’aula pour leur annoncer que leur camarade était décédé vendredi soir. «On verra à l’interne comment les élèves veulent, en dehors de l’enterrement, lui rendre hommage», conclut le directeur. La cérémonie religieuse sera célébrée jeudi à 14 h 30 à l’église Saint-Robert à Founex. (24 heures)

Créé: 12.02.2018, 19h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.