L'ex-cadre de l'UEFA disparu a été retrouvé

NyonDeux mois après sa disparition, Bernard Ross s'est annoncé aux autorités vaudoises. Diagnostiqué bipolaire, il est pris en charge médicalement.

C'est à Nyon que l'ancien cadre de l'UEFA a été retrouvé.

C'est à Nyon que l'ancien cadre de l'UEFA a été retrouvé. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je lui ai longuement parlé. Il était confus, mais il va bien.» Au bout du fil, Jacinta Evans semble incrédule. Lundi soir, elle a reçu un appel de la police de sa ville, Oxford, en Angleterre. Son mari a été retrouvé dans le canton de Vaud. Ou plutôt, il «s'est annoncé aux autorités», annonce la police vaudoise. «Il ne se rend pas compte du temps qui a passé depuis son départ de la maison», poursuit la mère de quatre enfants qui remue ciel et terre depuis que son mari, diagnostiqué bipolaire, a quitté le domicile familial sans donner de nouvelles.

Ce dénouement heureux met fin à 62 jours d'attente et d'angoisse. Il confirme également l'intuition de ses médecins qui, dès son départ, pensaient qu'il se trouverait dans la région de Nyon. Car il y a exactement un an, le Britannique perdait son emploi au sein de l'UEFA. Alors cadre dans le domaine des retransmissions TV, il avait dirigé le centre le centre international de diffusion des matches de l’Euro 2016, à Paris. Selon son épouse, la pression fut si soutenue qu'elle aurait fait apparaître les troubles bipolaires de Bernard Ross. Malgré une promotion professionnelle reçue durant l'été 2016, le cadre et son employeur se séparent trois mois plus tard.

La France, du nord au sud

La suite fut douloureuse pour Bernard Ross, son épouse et leurs quatre enfants. Durant plusieurs mois, l'homme vit entre l'hôpital psychiatrique et son domicile. Puis, le 18 octobre, il annonce à sa famille qu'il va rendre visite à sa soeur, à Londres. En réalité, il prend le ferry, traverse la France jusqu'à Marseille, puis en repéré à Grasse, un village dans les Alpes-Maritimes.

Alors que les polices de la zone Schengen se mettent à sa recherche, les proches de «Bernie» sont convaincus qu'il se trouve à Nyon. Une manière pour lui de commémorer son licenciement. Après plusieurs jours sans nouvelles, voilà que l'ancien cadre de l'UEFA se présente à la réception de l'instance du football européen. Le 8 décembre, les caméras de vidéosurveillance enregistrent des images de Bernard Ross remettant des cartes de voeux à ses ex-dirigeants sur lesquelles il a écrit «Please, aidez-moi».

Ses ex-collègues à sa recherche

Depuis ce passage à Nyon, les recherches se sont intensifiées dans la région. «Ses collègues ont été extraordinaires: ils ont écumé les commerces, les hôtels, les restaurants, punaisé des affiches avec son portrait», raconte Jacinta Evans. Est-ce parce qu'il s'est vu sur ces avis de recherche qu'il s'est annoncé à la police? Pour l'heure, aucune réponse. Bernard Ross est «actuellement pris en charge médicalement», écrit la police vaudoise mercredi matin.

Jacinta Evans, elle, s'apprête à rejoindre son mari dans les heures qui viennent. Plusieurs de ses questions restent en suspens: «Pourquoi passer par Marseille pour venir à Nyon?» s'interroge-t-elle. Et ce vélo pliable sur lequel il a été vu, l'a-t-il utilisé pour faire le trajet depuis le sud de la France?

Peu importe finalement. «Il pourra peut-être être de retour à la maison pour Noël, souffle Jacinta. So lovely.» (24 heures)

Créé: 20.12.2017, 11h12

Articles en relation

La mystérieuse disparition d’un ex-cadre de l’UEFA

Nyon Diagnostiqué bipolaire, Bernard Ross n’a plus donné de nouvelles depuis le 18 octobre. Sa femme charge son ancien employeur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...