Face à sa nièce pour un viol dénoncé 14 ans après

JusticeLe Tribunal correctionnel de Lausanne juge in extremis depuis mercredi une trouble affaire à quelques mois de la prescription.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Monsieur! Pourquoi me regardiez-vous en souriant pendant que je lisais l’acte d’accusation détaillant les actes décrits par votre nièce?» demande la présidente du tribunal à l’accusé. «Parce que je ne vois pas où elle a pu inventer tout ça», répond le prévenu en secouant la tête. Ce presque sexagénaire grassouillet, Africain de l’Ouest naturalisé Suisse, père de six enfants, venu librement à son procès, répond de viol et de contrainte sexuelle sur la nièce qu’il hébergeait à Lausanne. La jeune fille de 16 ans avait été envoyée dans la famille en Suisse parce qu’elle avait été agressée sexuellement dans son pays.

Sans se départir de son calme, le prévenu conteste tout. Il n’est ni le premier ni le dernier en telle situation. Ni le seul à évoquer un complot pour sa défense. L’affaire se distingue cependant par plusieurs autres aspects.

Quelques mois de plus, et ce procès n’avait jamais lieu. Les faits reprochés les plus graves remontent en effet au 14 novembre 2002. La plaignante se souvient parfaitement de la date, car sa tante, l’épouse de l’accusé, était à l’hôpital pour accoucher de son troisième enfant. Or de tels crimes sont prescrits, donc ne sont plus punissables pénalement, après une période de quinze ans. Et les actes d’ordre sexuel les plus récents retenus datent de novembre 2003. Pourquoi tout cela n’est-il jugé qu’aujourd’hui? Rien à voir avec la lenteur de la justice. Ce n’est qu’en automne 2016 que la nièce a porté plainte et que l’enquête a démarré. Arrêté, l’oncle a passé deux jours en préventive.

Dénoncé par WhatsApp

Sur le siège des plaignants, la jeune femme élégante qui attaque son parent en justice est aujourd’hui mère de famille. On apprend que c’est un étrange message WhatsApp adressé par une connaissance à son oncle, découvert fortuitement sur son téléphone par sa tante, qui l’a décidée à saisir la justice. Ce message, qui lui a été rapporté, sous-entendait que Monsieur avait eu des rapports sexuels avec sa nièce. On ne sait trop par quelle confidence cela s’est produit. «Tout ce que j’ai subi m’est remonté et je suis allée dire ça à la police, déclare l’intéressée en sanglots. Il y avait des années que je vivais avec cela au fond de moi.»

Elle raconte alors comment son oncle l’a violée dans sa chambre. Elle aurait par la suite subi d’autres abus sexuels dans l’appartement, cela jusqu’au 15 novembre 2003, lorsqu’elle a décidé de quitter la maison. À la question de savoir pourquoi elle ne s’est pas plainte plus tôt, elle répond qu’elle considérait cet oncle comme un père de substitution, mais aussi: «Il me disait: «Laisse-moi faire, tu n’as rien à dire… Personne ne te croira… Tu n’as nulle part où aller… On te prendra pour une folle.»

Imperturbable, l’accusé ne se contente pas de nier. Il livre aussi son explication: «Ma nièce a tout inventé. C’est un complot monté par elle et ma femme, qui cherchait un bon motif pour obtenir le divorce que je lui refusais, car contraire à mes convictions religieuses.» «Pourquoi votre épouse aurait-elle eu besoin de dire que vous avez couché avec votre nièce pour divorcer?» interroge la présidente. «Parce que, dans la communauté chrétienne dont nous faisons partie, elle devait avoir une raison valable pour divorcer. Jusqu’alors elle voulait qu’on fasse semblant d’être ensemble.»

La procureure Maria Giannattasio observe que l’épouse avait accompli des démarches pour divorcer avant le dépôt de cette plainte.

Le Ministère public a requis 2 ans de prison avec sursis. Une peine qui peut sembler légère pour un viol, mais qui tient compte du temps écoulé. Verdict ce jeudi. (24 heures)

Créé: 13.09.2017, 20h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...