Parents condamnés pour les arrivées tardives de leur fils

Ecole buissonnièreLa justice a confirmé l’amende de 200 francs infligée à un couple pour n’avoir pas tout fait afin que son ado soit à l’heure en cours.

Le Tribunal de police de l'Est vaudois jugeait un couple dénoncé par l'Ecole pour le comportement de son fils de 14 ans.

Le Tribunal de police de l'Est vaudois jugeait un couple dénoncé par l'Ecole pour le comportement de son fils de 14 ans. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal de police de l’Est vaudois a infligé 200 francs d’amende à un couple en répression des arrivées tardives à répétition de son fils de 14 ans ainsi que ses absences injustifiées qui lui étaient régulièrement communiquées.


Lire l'éditorial: L’amende ne fait pas aimer l’école


Dénoncés par l’École, ces parents étaient rejugés à leur demande à la suite de leur opposition à leur condamnation préfectorale à une amende. «Je ne pouvais admettre qu’on nous accuse de négligence car nous faisons le maximum et travaillons beaucoup sur lui», a soutenu en vain le père face à la juge. L’amende est restée la même, mais les frais de justice ont grimpé à 520 francs.

Le décompte des arrivées tardives présenté par la dénonciatrice indique qu’elles se sont produites autant en début de matinée qu’en début d’après-midi. La représentante de l’École observe que c’est un jeune homme qui «nous danse sur le ventre et fait ce qu’il veut». Elle déplore de surcroît son très mauvais comportement avec les enseignants et ses camarades, les renvois ou heures d’arrêt semblant sans effet. S’ajoutent à cela un certain nombre d’absences injustifiées.


A lire également: Les parents ne sont pas toujours jugés coupables


Les parents qui se disent désemparés avaient fait appel au SPJ, bien qu’il ne semble pas que ce service soit à même de résoudre ce genre de problème. Ils ont aussi envisagé de placer leur fils dans un internat. «Ce serait un peu vous décharger de votre responsabilité de parents», remarque la juge. «J’ai l’impression que ces parents disent qu’ils font tout ce qu’ils peuvent et que l’école ne fait pas son travail», observe la dénonciatrice.

- Qu’avez-vous entrepris concrètement pour tenter de remédier à la situation, interroge la présidente du tribunal.

- Nous le punissons en lui confisquant son téléphone, ou en lui interdisant de sortir, répond le père. Cela le fait pleurer. À la maison, il n’est pas du tout violent, il vient chaque semaine à l’église avec nous.

- Vous pouvez aussi l’obliger à travailler pour payer lui-même l’amende, suggère la juge. Mais il y a un moyen tout simple. Vous travaillez tous les deux mais vous pouvez vous organiser pour amener personnellement l’enfant à l’école, mettons pendant un mois. - Et s’il file dans les toilettes au lieu d’aller en classe, risque le père.

Constatant que la situation s’était encore péjorée après l’audition par le préfet, le tribunal retient que ces parents n’ont pas mis tous les moyens en œuvre pour garantir la fréquentation de l’école.

Créé: 26.06.2019, 15h03

Articles en relation

Les parents ne sont pas toujours jugés coupables

En retard à l'école Face à la justice, les parents d'élèves absents ou retardataires peuvent toujours essayer de convaincre qu'ils ont tout fait pour envoyer leurs enfants à l'école. Plus...

Que risque-t-on à cause de ses enfants?

Retards et absentéisme Si les parents d'élèves absentéistes ou retardataires ne risquent pas la prison comme dans certains pays, les amendes peuvent être salées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.