Passer au contenu principal

L’accident chimique à Daillens force les pendulaires à jongler

Après le déraillement de samedi matin, l’évacuation de quatre wagons chargés de matières dangereuses se poursuit. Les passagers vont tester aujourd’hui le plan de secours des CFF.

Le trafic a repris partiellement lundi 4 mai sur une voie à Daillens, sur le site de l'accident.
Le trafic a repris partiellement lundi 4 mai sur une voie à Daillens, sur le site de l'accident.
Keystone
Le trafic a repris partiellement lundi 4 mai sur une voie à Daillens, sur le site de l'accident.
Le trafic a repris partiellement lundi 4 mai sur une voie à Daillens, sur le site de l'accident.
Keystone
Sylvain Rodriguez, directeur de l'environnement industriel , urbain et rura, Denis Froidevaux, chef de l'État-major cantonal de conduite (EMCC) et Béatrice Mettraux, conseillère d'État.
Sylvain Rodriguez, directeur de l'environnement industriel , urbain et rura, Denis Froidevaux, chef de l'État-major cantonal de conduite (EMCC) et Béatrice Mettraux, conseillère d'État.
Jean-Paul Guinnard
1 / 56

Daillens, un village de 940 habitants qui respire le calme, dans le Gros-de-Vaud, semblait vivre à l’écart de l’agitation qui régnait sur la voie ferrée, cachée par la forêt un kilomètre plus loin. Aujourd’hui, pour des milliers de pendulaires, ce nom est associé aux perturbations en raison du déraillement d’une partie d’un train de marchandises reliant Muttenz (BL) à Lausanne, qui s’est produit samedi à 2h54 non loin du centre de tri postal. L’évacuation de quatre wagons renversés chargés de matières chimiques dangereuses et les réparations de la ligne prendront encore plusieurs jours.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.