Sans les immigrés, le canton de Vaud sera moins riche

DémographieUne étude chiffre les effets d’un abandon de la libre circulation et d’une fermeture des frontières. Elle confirme des conséquences noires pour la vitalité de l’économie lémanique et la population.

Pascal Broulis, conseiller d'Etat en charge du Département des finances et des relations extérieures.

Pascal Broulis, conseiller d'Etat en charge du Département des finances et des relations extérieures. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Canton aurait tout à perdre en cas de fermeture des frontières. La majorité des Vaudois avait déjà exprimé cet avis le 9 février 2014, refusant par 61% l’initiative «Contre l’immigration de masse». Une étude statistique vient confirmer le bien-fondé de cette crainte en chiffrant les conséquences délétères d’un arrêt brutal de l’immigration. Le Conseil d’Etat a demandé au service Statistique Vaud (StatVD) de modéliser les effets d’une politique stricte de contingents à l’horizon 2040. Les chiffres, présentés hier, apportent des arguments supplémentaires au Canton pour défendre sa vision politique (lire ci-contre).

Les scénarios étudiés ne font pas dans la demi-mesure. Les statisticiens comparent les effets d’une immigration sans frein avec ceux d’une fermeture complète. «Les scénarios intermédiaires sont facilement mesurables, explique Marc-Jean Martin, chef de section à StatVD, mais nous voulions éviter de faire des prescriptions. Cela aurait donné l’impression que le Canton de Vaud pourrait s’accommoder d’un certain pourcentage de contingents alors qu’il n’en veut pas du tout.»

Vieillissement

Comparons donc les extrêmes. Frontières fermées, le canton de Vaud compterait 215'000 habitants de moins en 2040 que dans le cas où la libre circulation serait maintenue. Les entreprises pourraient créer 148?000 emplois de moins, dont 51'000 pour les frontaliers. Sans apport migratoire de personnes jeunes, la croissance démographique serait au point mort dans une génération. Ce qui aggraverait logiquement le vieillissement; le Canton compterait deux fois plus de personnes âgées de 75 ans et plus qu’aujourd’hui. Même avec davantage de femmes ou de seniors sur le marché du travail, le nombre d’emplois régresserait légèrement pour se fixer à 335'000. Ce scénario permettrait peut-être de régler le problème de surchauffe des transports et de l’immobilier. Directeur de StatVD, Gilles Imhof met cependant en garde contre certaines conclusions hâtives: «On peut aussi imaginer que, en cas de ralentissement économique, la construction de logements serait freinée.»

Dans le scénario restrictif, l’augmentation des seniors constituerait une pression accrue sur les actifs. Les prélèvements sur les salaires devraient être augmentés de 14%. En termes monétaires, précise l’étude, l’introduction de contingents stricts entraînerait, en 2040, une baisse du PIB (produit intérieur brut) de 8100 francs par habitant. Certains secteurs économiques seraient touchés de plein fouet par la pénurie de main-d’œu­vre. A commencer par l’industrie ma­nufacturière (14% du PIB vaudois), l’horlogerie, puis la restauration et l’hébergement.

Enfin, les hautes écoles et écoles seraient limitées dans leur développement car une grande partie de leurs effectifs proviennent de l’étranger. Diable, le tableau est bien sombre. Attendez, «les scénarios se basent sur une bonne santé de l’économie. Une crise renforcerait ces effets, mais nous n’avons pas simulé de scénario catastrophe», précise Marc-Jean Martin.

Nouvelles études à venir

Cette étude statistique inaugure le travail d’une nouvelle Section prospective créée au sein de StatVD. Celle-ci sera appelée à livrer régulièrement des chiffres sur des thèmes d’actualité. Le Conseil d’Etat avait créé en 2008 une Commission de prospective «dans le but de préparer l’avenir», comme l’exigeait la nouvelle Constitution de 2003. Cet organe «d’aide à la décision politique» est notamment composé de ministres et de représentants des hautes écoles. La Section prospective de StatVD est chargée d’épauler la commission en apportant son expertise et des chiffres précis.

Créé: 14.06.2016, 16h48

«Nous devons dire la vérité»

Les Vaudois ont refusé nettement l’initiative «Contre l’immigration de masse» et le Conseil d’Etat ne veut pas de contingents. Est-ce que cette étude n’enfoncerait pas des portes ouvertes?

Non, car jusqu’à présent nous n’avions pas d’étude qui modélise les effets de contingents stricts. Il fallait montrer ce qui se passe dans tel ou tel scénario, avec des chiffres concrets. Notre responsabilité est de dire la vérité, de mon­trer clairement ce qui se passerait si on appliquait des contingents stricts. La prospective, c’est un peu de la futurologie, cela consiste à développer des scénarios d’évolution de?la?société à partir de faits solides.

Quels enseignements retenez-vous en priorité de ces projections?

Des contingents stricts feraient exploser la bureaucratie. La répartition des con­tingents secteur par secteur poserait de sérieux problèmes dans certaines branches. Et si nous commencions à fermer les frontières, nous aggraverions l’évolution de la pyramide des âges. On s’attend de?toute manière à une forte croissance de personnes âgées d’ici à 2040: nous aurons besoin de travailleurs pour payer des impôts et financer à la fois les retraites et la formation des futures personnes actives.

Les chiffres dévoilés aujourd’hui ont-ils une véritable utilité politique?

Le gouvernement vaudois va devoir répondre à toutes sortes de consultations ces prochaines semaines. Après le vote sur le Brexit, dès le 24 juin, les négociations vont reprendre avec Bruxelles. Les diplomates suisses vont tenter de conclure un accord avec Bruxelles, avec la proposition de clause de sauvegarde unilatérale retenue par le Conseil fédéral. Il y aura de l’agitation, à huit mois de la date limite pour la mise en œuvre du nouvel article 121 de la Constitution. Nous allons montrer ces chiffres à la Conférence des cantons et à la Confédération. Vaud est le troisième canton du pays par sa population, il devrait devenir le deuxième d’ici à une quinzaine d’années. C’est un grand contributeur à la péréquation financière. Tout le monde a intérêt à épargner une zone qui crée encore de la richesse et qui est profitable au pays.

Quel scénario privilégiez-vous? Faudrait-il faire revoter les Suisses pour éviter des contingents?


La proposition du Conseil d’Etat n’est pas de revoter, mais d’appeler les citoyens à voter une bonne fois pour confirmer l’ensemble des Bilatérales, nuance. Mon scénario consiste à rester ouvert à la libre circulation, mais avec des mesures d’accompagnement. Il s’agit d’appliquer les lois existantes, avec de réelles sanctions pour les tricheurs. Pour ceux qui n’ont plus de travail, le modèle est clair, certains devront partir. Il faut veiller aussi à utiliser la main-d’œuvre qualifiée que nous avons sur place et qui est parfois sous-employée.

Articles en relation

L’immigration européenne repart à la hausse

Royaume-Uni A moins d’un mois du référendum du 23 juin, les partisans du Brexit exploitent la hausse du nombre d’immigrés. Plus...

Les Suisses toujours plus attachés aux Bilatérales

Immigration de masse Selon un sondage, 63% des Suisses sont favorables à une mise en œuvre flexible de l’initiative UDC. Plus...

Des emplois pour 27'500 frontaliers dans le canton

Vaud Le nombre de frontaliers a doublé en dix ans dans le canton, où ils représentent désormais 6.3% des actifs occupés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.