Passer au contenu principal

Pourquoi il faut se méfier des données

Les géographes spécialistes des données d'utilisation du sol et des projets urbains restent sceptiques sur une approche basée sur les chiffres. Pour eux, le mitage ou la qualité des constructions se vérifie sur le terrain.

Le siège de l'OFS à Neuchâtel, qui publie régulièrement de très attendues données sur l'utilisation du sol, auparavant plébiscitées par les géographes. Aujourd'hui, les scientifiques nuancent. Pour eux, aucun chiffre n'est incontestable et rien ne faut une analyse fine, sur le terrain.
Le siège de l'OFS à Neuchâtel, qui publie régulièrement de très attendues données sur l'utilisation du sol, auparavant plébiscitées par les géographes. Aujourd'hui, les scientifiques nuancent. Pour eux, aucun chiffre n'est incontestable et rien ne faut une analyse fine, sur le terrain.
Keystone

Les données OFS, calculées sur des passages aériens réguliers, sont une réponse à une tentative de mesure fine de l’utilisation du territoire, notamment sous les effets du développement durable. Des indicateurs aujourd’hui nuancés par les géographes qui ne les jugent «pas incontestables».

----------

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.