Pourquoi il faut se méfier des données

Aménagement territorialLes géographes spécialistes des données d'utilisation du sol et des projets urbains restent sceptiques sur une approche basée sur les chiffres. Pour eux, le mitage ou la qualité des constructions se vérifie sur le terrain.

Le siège de l'OFS à Neuchâtel, qui publie régulièrement de très attendues données sur l'utilisation du sol, auparavant plébiscitées par les géographes. Aujourd'hui, les scientifiques nuancent. Pour eux, aucun chiffre n'est incontestable et rien ne faut une analyse fine, sur le terrain.

Le siège de l'OFS à Neuchâtel, qui publie régulièrement de très attendues données sur l'utilisation du sol, auparavant plébiscitées par les géographes. Aujourd'hui, les scientifiques nuancent. Pour eux, aucun chiffre n'est incontestable et rien ne faut une analyse fine, sur le terrain. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les données OFS, calculées sur des passages aériens réguliers, sont une réponse à une tentative de mesure fine de l’utilisation du territoire, notamment sous les effets du développement durable. Des indicateurs aujourd’hui nuancés par les géographes qui ne les jugent «pas incontestables».


A lire aussi: Les dix chiffres à connaître sur le territoire vaudois


«Si je continue de recourir aux données, de former mes étudiants à leur usage et à leur communication, j’insiste désormais sur le fait qu’un bon usage interprétatif de ces statistiques nécessite de prendre connaissance de ce que ceux qui les vivent au quotidien «ressentent» de la qualité de leur environnement, de leur qualité de vie», note Christophe Mager, directeur adjoint de l’institut de géographie et durabilité de l’UNIL. Il plaide pour une approche tenant compte de la métrique et des émotions humaines pour déterminer si un paysage construit est durable ou non, trop ou insupportablement utilisé, etc.

En résumé: aller sur le terrain. «Les données sont des indicateurs, reprend Muriel Delabarre, du même institut. Les statistiques nous aident à révéler des morphologies urbaines et à renverser les modèles. Maintenant on veut des projets qui retournent la ville vers la ville: c’est retravailler sur des échelles de vies, des centralités, notamment en réfléchissant sur le «vide structurant».

Pour qu’un tissu soit durable, il lui faut des espaces de qualité.» Pas la fin du dégagement autour des bâtiments. «On a vu des habitats de faible densité avec des utilisations communes de l’espace», conclut Antonio Da Cunha.

Créé: 06.02.2019, 16h11

Articles en relation

Mettre les surfaces bâties en perspective

Utilisation du sol Derrière l'accroissement régulier de la surface bâtie, leur perception dépend de plusieurs facteurs. La façon dont on aborde les surfaces construites, pas toutes bétonnées, et leur répartition, influence le regard. Plus...

Les dix paramètres à connaître sur le territoire vaudois

Développement Avant la votation sur l’initiative «Stop mitage», l’analyse des chiffres révèle en quoi le paysage a mué. Plus...

Vaud part à la conquête de nouveaux sols fertiles

Territoire Pour pouvoir réaliser ses projets stratégiques, le Canton doit renflouer sa réserve de bonnes terres arables. Plus...

Par seconde, on ne coule pas que du béton

Territoire D’après l’initiative «Stop mitage», on bétonnerait un mètre carré par seconde. En réalité, une grande part va à des espaces... verts. Plus...

La sauvegarde du paysage sera le thème majeur de 2019

Territoire Les glaciers, l’eau potable, les sols agricoles et les sites protégés font l’objet d’initiatives populaires pour plus de protection. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.