Fin de la galère digitale à la Cinémathèque suisse

PenthazLa Confédération a trouvé la somme nécessaire à la Cinémathèque pour le traitement du numérique sur le site de Penthaz.

Le Conseil fédéral annonce que la première enveloppe de 49,5 millions suffit.

Le Conseil fédéral annonce que la première enveloppe de 49,5 millions suffit. Image: Odile Meylan - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Alain Berset m’a confirmé que tout était en ordre. On voit enfin le bout du tunnel.» Directeur de la Cinémathèque suisse, Frédéric Maire respire, après des mois d’angoisse. Motif du soulagement du responsable? Le Conseil fédéral a récemment annoncé que le nouveau Centre d’archivage et de conservation du site de Penthaz comprendrait les infrastructures destinées au traitement du numérique.

La donne a donc diamétralement changé en quelques mois. Pour rappel, le crédit de 49,5 millions pour l’extension du site de Penthaz – approuvé par le parlement en 2008 – ne comprenait pas l’archivage et le traitement du numérique, pourtant toujours plus incontournable. Un virage digital indispensable, mais devisé à 6 millions de francs supplémentaires, que la Confédération n’avait finalement pas voulu inscrire dans ses budgets. La volte-face des autorités obligeait les collaborateurs du département films à «bricoler dans des locaux provisoires» («24 heures» du 7 décembre dernier).

Or aujourd’hui, coup de théâtre: le Conseil fédéral annonce que la première enveloppe de 49,5 millions suffit. «Un audit externe a permis de constater que les investissements n’étaient pas aussi conséquents que prévu et que la construction du centre de traitement numérique pouvait être couverte par le crédit de 49,5 millions», confirme Anne Weibel, responsable de la communication de l’Office fédéral de la culture (OFC). Cerise sur le gâteau: le chantier de Penthaz ne devrait pas connaître de retard et être terminé, comme prévu, à la fin de l’année 2018.

Atermoiement des sept Sages

A noter toutefois que la nouvelle est assortie d’une condition: à l’avenir, il faudra limiter l’archivage numérique aux films ayant un rapport avec la Suisse. «Ce qui est logique vu la mission de l’entité», se réjouit le conseiller national PLR Olivier Feller, qui déposait une motion commune avec Géraldine Savary pour dénoncer les atermoiements des sept Sages dans ce dossier en décembre dernier et demander la réintégration de la somme au budget.

La motion est rejetée, le Con­seil fédéral ayant répondu que le crédit supplémentaire n’était plus utile. «Nous acceptons cette réponse, car elle permet de faire avancer le dossier. Tant mieux si notre motion a pu y contribuer», conclut Olivier Feller.

Créé: 15.03.2016, 16h55

Articles en relation

La Cinémathèque suisse contrainte de bricoler

Numérique La Confédération n'a pas voulu soumettre le volet numérique au budget. Grogne à Berne, et surtout à Penthaz. Plus...

La révolution numérique retarde la Cinémathèque

Chantier Le projet d’agrandissement du site de Penthaz doit s’adapter à cette variable qui n’avait pas été prise en compte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.