Passer au contenu principal

Forcé de vendre ses vaches par un marché impitoyable

La mort dans l’âme, Jacques Ravey, de Valeyres-sous-Rances, a mis ses bêtes aux enchères. Il renonce à la production laitière, plus assez rentable

Jacques Ravey, de Valeyres-sous-Rances, a pris la décision de vendre toutes ses vaches, qu'il a élevées dans sa ferme.
Jacques Ravey, de Valeyres-sous-Rances, a pris la décision de vendre toutes ses vaches, qu'il a élevées dans sa ferme.
FLORIAN CELLA
Jacques Ravey, de Valeyres-sous-Rances, a pris la décision de vendre toutes ses vaches, qu'il a élevées dans sa ferme.
Jacques Ravey, de Valeyres-sous-Rances, a pris la décision de vendre toutes ses vaches, qu'il a élevées dans sa ferme.
FLORIAN CELLA
Plus de 200 agriculteurs vaudois se sont réunis à l'Ecole d'agriculture de Grange-Verney, à Moudon, pour acheter les vaches laitières mises aux enchères dans le ring.
Plus de 200 agriculteurs vaudois se sont réunis à l'Ecole d'agriculture de Grange-Verney, à Moudon, pour acheter les vaches laitières mises aux enchères dans le ring.
PHILIPPE MAEDER
1 / 22

L’émotion était vive, vendredi, à l’Ecole d’agriculture de Grange-Verney à Moudon. Sous un soleil éclatant mais dans un froid mordant, soixante vaches et veaux étaient mis aux enchères dans la cour. Parmi elles, les 41 bêtes de Jacques Ravey, de Valeyres-sous-Rances.

L’agriculteur de 52 ans vendait tout son troupeau. Il a décidé d’arrêter la production laitière, plus assez rentable, comme beaucoup d’autres l’ont fait avant lui. Cette annonce a touché les quelque 200 paysans présents. Ils venaient acheter ses bêtes pour compléter leur cheptel. Mais certains redoutent de se retrouver bientôt dans la même situation.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.