Passer au contenu principal

La formation policière n’a pas fini d’évoluer

En dix ans d’existence, l’Académie de police de Savatan a dû s’adapter.

Les techniques sont maîtrisées, les aspirants policiers l’ont démontré jeudi. Cela ne signifie pas que l’enseignement dispensé à l’Académie de police de Savatan, au-dessus de St-Maurice (VS), soit figé. Au contraire: l’école, qui fêtait hier son 10e anniversaire, s’est adaptée à des besoins en évolution pour former les gendarmes, les agents ou les inspecteurs vaudois et valaisans, les assistants de sécurité publique armés et non-armés genevois, vaudois, valaisans et fribourgeois, sans oublier les corps de police militaire et des transports de la Confédération.

Quels besoins ont influencé la formation? Le colonel Alain Bergonzoli, directeur de l’Académie depuis 2009, cite deux exemples: «Il est indispensable de disposer d’une police de proximité très performante, capable d’empathie et d’une grande capacité à résoudre les problèmes à leur source. D’autre part, les policiers doivent être aptes à réagir en une fraction de seconde dans des situations de crises diverses, par exemple face à une arme blanche ou à une personne qui perd le contrôle de ses nerfs.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.