«Il y a une forte pression de la Suisse allemande»

CoronavirusUne centaine de chantiers sont encore en activité dans le Canton.

Les ouvriers s’activent toujours sur le site de l’École hôtelière de Lausanne. Il y a déjà eu des mises en quarantaine pour soupçon de coronavirus.

Les ouvriers s’activent toujours sur le site de l’École hôtelière de Lausanne. Il y a déjà eu des mises en quarantaine pour soupçon de coronavirus. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«L’Italie vient de décider l’arrêt des industries et des chantiers, mais c’est trop tard. La Suisse ne doit pas répéter la même erreur.» Lors d’un point presse organisé mardi par le syndicat Unia Vaud, Pietro Carobbio, responsable du secteur de la construction, a dénombré une centaine de chantiers encore en activité dans le canton. «Dont la moitié sont de gros chantiers avec différents corps de métier. Il est impossible de respecter les normes d’hygiène édictées par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).»

Rien que pour la journée de lundi, il y a eu 1500 dénonciations à la SUVA pour l’ensemble de la Suisse, selon Unia. Des chantiers, comme celui de l’École hôtelière de Lausanne, ont déjà eu des ouvriers mis en quarantaine en raison du coronavirus, ce qui n’a pas empêché les travaux de continuer. Les entreprises alémaniques Frutiger, Walo et Implenia se sont «concertées pour poursuivre les chantiers», toujours selon le syndicat. «Il y a une forte pression de la Suisse alémanique pour maintenir les gens au travail», note Pietro Carobbio.

L’arrêt devrait être la règle

Selon l’arrêté du Conseil d’État du 18mars, les entreprises qui ne peuvent pas respecter les normes d’hygiène et de distance sociale de l’OFSP doivent mettre fin immédiatement à leurs activités. «Il faut faire l’inverse, estime Pietro Carobbio. On arrête tout et, exceptionnellement, on laisse ouverts les chantiers nécessaires et urgents.» La Confédération a fortement limité l’autonomie des Cantons avec ses ordonnances. D’ailleurs l’Union syndicale suisse négocie avec le conseiller fédéral Guy Parmelin pour que les Cantons les plus touchés par la crise puissent prendre des mesures.

Lundi, Unia s’est rendu sur le chantier des Cèdres, à Chavannes-près-Renens, ainsi que sur celui des Halles, à Morges. Tous deux sont pilotés par l’entreprise générale HRS, basée en Thurgovie. «Il n’y a pas de toilettes désinfectées régulièrement, pas de planification des nettoyages, pas de gel hydroalcoolique, pas même un savon de Marseille», assure Lionel Roche, responsable du secteur artisans à Unia Vaud.

HRS explique que ses chantiers continuent dans les cantons où ils ne sont pas interdits, «sauf si le propriétaire décide d’y mettre fin, selon une porte-parole. Nous avons scindé les équipes, augmenté le rythme des nettoyages, fourni du désinfectant aux ouvriers et nous nous assurons que les distances de sécurité sont respectées.» Pour Lionel Roche: «Les grandes entreprises générales mettent sous pression ceux qui travaillent pour elles afin de poursuivre les chantiers.»

Créé: 24.03.2020, 19h24

«On nous a fait signer une décharge»

Une «autodéclaration» où l’ouvrier stipule qu’il a «pris acte des informations sur le comportement à adopter et les mesures de protection». Tel est le document que la société Roth Échafaudages, qui travaille notamment sur des chantiers vaudois, a fait signer à tous ses employés. Pour cette entreprise, dont le siège est à Gerlafingen (SO), cette décharge a comme objectif de «réduire au maximum les risques». Mais, selon certains, qui disent ne pas avoir eu d’autre choix que de signer, la société cherche à se défausser de ses responsabilités. «On doit certifier qu’ils mettent en place des moyens pour nous protéger, alors qu’on sait très bien que ce n’est pas possible», se désole Patrick*, actif sur Vaud.

Joint par téléphone, le CEO Walter Fankhauser est pourtant catégorique: «Chez nous, tout ce qui doit être respecté l’est.» Distance spatiale, port de masques, désinfection et autres mesures… «J’aimerais que toutes les entreprises prennent les choses avec autant de sérieux que nous», conclut le CEO.

Pas de toilettes sur 90% des chantiers

C’est bien là que le bât blesse, selon Patrick. «Il est vrai que des mesures ont été prises chez Roth, même si nous ne pouvons souvent pas garder nos distances. Le problème, c’est que sur 90% des chantiers, vous n’avez pas de toilettes appropriées et au moins cinq autres entreprises qui ne respectent pas ces mesures.»

Selon Unia, qui a collecté quelque 2000 rapports de chantier dans toute la Suisse le 23 mars, la distance spatiale ne peut pas être respectée dans 84% des cas. La désinfection des outils fait, elle, défaut dans 74% des cas, tandis que sur 72% des chantiers les installations sanitaires ne sont pas nettoyées régulièrement.

*Prénom d’emprunt

Articles en relation

Des chantiers importants encore en activité

Coronavirus Une cinquantaine seraient encore ouverts dans le canton de Vaud, d'après Unia. L'entreprise HRS est notamment pointée du doigt. Plus...

90% des chantiers vaudois sont à l'arrêt

Coronavirus Le Conseil fédéral renonce à une interdiction générale. Selon une estimation syndicale, la majorité des entreprises ont arrêté. Plus...

La fermeture des chantiers est-elle illégale?

Coronavirus Le Conseil fédéral pourrait sonner les cloches des cantons qui ont pris les devants, Genève en tête. Plus...

Des chantiers ferment dans une forte tension

Vaud Les chantiers de l'Etat et de la Ville de Lausanne s'arrêtent, de même que ceux de Nicod et Orllati. D'autres ont provoqué de la colère. Plus...

Unia et les entrepreneurs demandent l'arrêt des chantiers

Coronavirus Le syndicat et la Fédération vaudoise des entrepreneurs jugent que «tous les chantiers et ateliers pour lesquels les mesures de l’OFSP ne peuvent pas être garanties» doivent fermer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.