Chez les fourmis, le milieu social aide à lutter contre les champignons

InsectesDes biologistes de l'UNIL ont fait une étonnante découverte sur les facteurs de résistance à une maladie fongique d'une espèce valaisanne.

Les œufs et les larves de <i>Formica Selysi</i> ne sont pas tous égaux face aux attaques d'un petit champignons mortel et ce n'est pas uniquement dû à des facteurs génétiques.

Les œufs et les larves de Formica Selysi ne sont pas tous égaux face aux attaques d'un petit champignons mortel et ce n'est pas uniquement dû à des facteurs génétiques. Image: Timothée Brütsch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quand on grandit dans un milieu résistant aux infections, on le devient aussi. C’est en tout cas vrai pour une espèce de fourmi présente en Valais, qu’a étudié une équipe de scientifiques de l’Université de Lausanne (UNIL). Jessica Purcell et Michel Chapuisat, deux biologistes lausannois, viennent de publier un article à ce sujet dans la revue britannique «Proceedings of the Royal Society, Biological Sciences».

Ils se sont aperçus que des œufs et des larves de Formica Selysi, l’espèce en question, résistaient mieux aux attaques d’un petit champignon mortel pour ces insectes sociaux, lorsqu’ils étaient élevés par certains groupes d’ouvrières d’une colonie plutôt que par d’autres.

Les groupes les plus favorables étaient ceux où les ouvrières se défendaient elles-mêmes mieux contre cet agent pathogène. Dans ce cas, à la surprise des biologistes de l’UNIL, l’environnement a joué un rôle plus grand que les facteurs génétiques hérités d’une génération à l’autre. En effet, les œufs utilisés durant cette expérience ont été pondus par une même reine.

«Nous ne pouvons que formuler des hypothèses sur le lien exact existant entre ces ouvrières et la résistance des œufs et des larves», explique Michel Chapuisat. Cela pourrait provenir du fait que les ouvrières les nourrissent et les nettoient durant toute leur phase de croissance, jusqu’à ce qu’elles deviennent adultes. Elles pourraient aussi, «et c’est ce qui serait le plus excitant», confie le scientifique, transmettre aux jeunes une substance ou un micro-organisme les protégeant contre ce champignon. (24 heures)

Créé: 26.08.2014, 19h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...