Le franc fort a freiné les affaires dans les stations

RelâchesLa consommation dans les cafés et les magasins a chuté, mais les skieurs ont répondu présent sur les pistes et dans les hôtels. Bilan.

Pour la première fois en cinquante ans, Dätwyler Sports à Villars a proposé des rabais de 30% sur la collection actuelle.

Pour la première fois en cinquante ans, Dätwyler Sports à Villars a proposé des rabais de 30% sur la collection actuelle. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Première bonne nouvelle après les différentes semaines de relâches de février: la clientèle ayant réservé un séjour, souvent bien avant l’annonce de la BNS de janvier, est venue descendre les pistes des Alpes vaudoises. «Nous n’avons eu que très peu d’annulations, mais les vacanciers ont limité leur consommation dans les restaurants et les commerces des stations, explique Laurent Michaud, directeur de l’Association touristique Les-Diablerets-Villars-Gryon-Bex. Villars est très «eurodépendante», c’est la commune du canton de Vaud qui accueille le plus d’Européens.» Myriam Pichard, responsable de l’Office du tourisme des Diablerets, précise: «Les tenanciers des bars et des boîtes de nuit ont remarqué une baisse de la clientèle. Les magasins de sport ont constaté que les Européens et les Genevois sont arrivés équipés et ont peu dépensé.»

Soldes anticipés

A Villars, Michel Dätwyler, un des propriétaires du magasin Dätwyler Sports, explique: «Au niveau de la location de skis, nous n’avons pas accusé de baisse. Mais, pour ce qui est de la vente d’articles de sport, nous avons senti un frein. C’est la première fois en cinquante ans que nous avons dû pratiquer des soldes de 30% sur les articles de la collection de cet hiver. Les Européens regardent les étiquettes et font des calculs avant d’acheter.» Un avis partagé par Claude Paschoud, propriétaire des deux magasins Holiday Sport des Diablerets et gérant de celui de Villars: «Nous avons dû diminuer nos marges pour proposer des soldes de 20% sur des articles que nous ne baissons en général qu’à partir du mois de mars. Mais, dans l’ensemble, le mois de février n’a pas été catastrophique et la semaine des Vaudois n’était pas mal du tout.» Les commerçants espèrent mieux s’en sortir en 2016. «Nous sommes en train de négocier avec les fournisseurs car nous allons bientôt commander la collection de l’hiver prochain, explique Isabelle Fontana, gérante de Jacky Sports aux Diablerets. Les prix devraient donc être adaptés au nouveau cours de l’euro, ce qui n’était pas le cas lorsque nous avons acheté la collection actuelle.» Et la gérante de préciser qu’elle aussi a baissé de 20% le prix de certains vêtements une semaine seulement après l’annonce de la BNS.

Une portion pour deux

Le beau temps de février a permis aux restaurateurs de remplir leurs établissements, mais ils remarquent une certaine retenue au moment de passer commande. «On nous demande beaucoup de verres d’eau du robinet et les clients préfèrent partager une portion de frites plutôt que d’en commander une par personne», admet Carlos Dos Santos, gérant du Restaurant des Chaux à Gryon. Christian Parisod, directeur de Gryon Tourisme, confirme: «On n’a jamais eu autant de demandes de verres d’eau du robinet dans nos buvettes d’altitude!» Dominique Barbat, propriétaire du restaurant villardou Les Ecovets, est moins catégorique: «Nous avons bien travaillé pendant les vacances de février, mais il est vrai que les étrangers font un peu plus attention. Ce qui m’inquiète le plus, c’est la saison estivale. Il va falloir faire encore mieux.» Et le restaurateur d’envisager de modifier sa carte avec quelques plats meilleur marché, d’améliorer la décoration en terrasse et de travailler en collaboration avec l’Office de tourisme pour proposer des offres intéressantes (lire ci-dessous). Les écoles de ski, en revanche, ont profité des belles journées de février. «Ces dernières semaines, nos cours affichaient complet, explique Marc-Henri Duc, directeur de l’Ecole suisse de ski de Villars. Je pensais que la clientèle étrangère prendrait moins de cours particuliers, mais ça n’a pas été le cas. La semaine du 16, les professeurs de ski ont bossé de 9 h à 17 h tous les jours. Au plus fort de la fréquentation, ils étaient 200 sur les pistes!» Pierre-Alain Werro, directeur de l’Ecole suisse de ski des Diablerets, confirme: «Nous avons eu un très bon mois de février et avons dû refuser des clients. La clientèle française était nombreuse.» (24 heures)

Créé: 02.03.2015, 07h03

Les Alpes vaudoises craignent pour la saison estivale

Grâce au beau temps et aux bonnes conditions d’enneigement, nous avons vécu trois bonnes semaines en février, se réjouit Pierre-Alain Morard, directeur de l’Association touristique Aigle-Leysin-Col des Mosses. Ce qui m’inquiète le plus, c’est la saison estivale à venir. L’hôtellerie s’adapte assez bien au franc fort. Ce qui est cher chez nous, ce sont les transports et la restauration. Ça n’a pas de sens d’offrir un hébergement concurrentiel si le reste ne suit pas.» Un plan d’action, dont nous ne savons pas encore les contours, est en cours d’élaboration. «Il faut créer de la plus-value et ne pas paniquer.» Même son de cloche du côté de l’Association touristique Les-Diablerets-Villars-Gryon-Bex, selon Laurent Michaud: «Il ne faut surtout pas casser les prix, mais offrir des packages intéressants et des prestations supplémentaires.» Parmi elles,
la free access card, offerte pour chaque séjour en hôtel, permet de profiter d’une trentaine d’activités estivales gratuites. Christian Parisod, directeur de l’Office du tourisme de Gryon, explique: «Nous faisons des efforts particuliers pour attirer les touristes. Ils doivent regarder leur séjour dans son ensemble et ils verront que nos packages sont très attractifs.» Sans attendre l’été, du 28 mars au 12 avril, Villars, Gryon et Les Diablerets propose leur Ski Snow Fiesta de printemps. «C’est la deuxième année que nous faisons cela, mais nous avons encore augmenté les rabais.» Au menu, activités et rabais divers, live music sur les pistes, entre autres.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.