Pas de fraude à HEC, qui fait une fleur aux étudiants

UNIL Toutes les personnes ayant pris part à l'examen auront les crédits correspondants.

L'Université de Lausanne a décidé de se montrer magnanime envers ses étudiants.

L'Université de Lausanne a décidé de se montrer magnanime envers ses étudiants. Image: Michel Perret

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Épilogue dans l'affaire du soupçon de triche à la faculté des HEC. Après enquête, le Décanat annonce qu'il n'y a pas eu de fraude à l'épreuve de troisième année que près de 140 étudiants ont passée il y a une dizaine de jours. Le soupçon d'irrégularités était né quelques minutes après la fin de l'examen, lorsque quelques étudiants de la faculté apprenaient qu’une poignée de leurs camarades connaissaient les questions et les réponses de l’épreuve avant l’examen proprement dit. Il faut dire que le test en question, sous forme de QCM était au mot près le même que celui de 2017 et que d'anciennes versions d'examens ont tendance à circuler d'année en année. Le Décanat avait décidé d'annuler l'épreuve et de la faire repasser quelques jours plus tard avant de se raviser puis de geler la situation le temps d'une enquête interne. Elle est désormais close. «Le Décanat a certes reçu l'information que certains étudiants ou étudiantes ont vraisemblablement eu accès à une copie utilisée lors d'une session précédente. Mais il a pu établir qu'aucune des personnes, soumises à l'épreuve ce 18 janvier, ne s'est présentée à celle-ci avec la connaissance certaine des questions auxquelles elle aurait à répondre. La fraude n’est donc pas retenue», a écrit l'Université à toutes les personnes concernées, mardi en fin d'après-midi.

«Tenir compte des circonstances»

La triche n'étant pas avérée, restait à savoir quelle suite allait donner la faculté à cette drôle d'affaire pour ne léser personne. A ce titre, l'Université a décidé de se montrer magnanime. Estimant qu'il faut «tenir compte des circonstances dans lesquelles l’examen s’est déroulé et que, dans cette situation, il lui importe d’éviter de soumettre les personnes examinées à la sanction d’une note – y-compris insuffisante – ainsi qu’aux inconvénients qu’impliquerait la répétition de l’examen», la faculté des HEC fait une fleur aux étudiants concernés: aucun échec ne saura prononcé en la circonstance. «Ce constat amène le Décanat à décider exceptionnellement que l’évaluation du cours "Prévention et gestion des conflits juridiques" du 18 janvier 2019 ne sera pas traitée comme un examen sanctionné par une note, mais comme une validation, et que celle-ci sera qualifiée de « réussie », avec attribution des crédits correspondants, pour toutes les personnes qui y ont pris part.»

Créé: 29.01.2019, 19h11

Articles en relation

HEC: un soupçon de fraude à l’examen vire au malaise

UNIL Saisie pour une affaire de fraude, la faculté décide d’annuler un examen, avant de faire machine arrière le temps d’enquêter. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.