Les futures extensions autoroutières de l’Agglo inquiètent l’ATE

CirculationL’association écologiste critique les projets du Plan d’agglomération Lausanne-Morges pour reporter le trafic sur le réseau national.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un «déluge de voitures». C’est ainsi que l’Association Transports et Environnement (ATE), du moins sa section vaudoise, décrit les effets qu’auront, selon elle, les différents projets autoroutiers inscrits au Plan d’agglomération Lausanne-Morges pour les années à venir. En gros entre 2020 et 2030.

Dans son communiqué, l’ATE Vaud mentionne l’assainissement du goulet d’étranglement de Crissier, où des voies supplémentaires seront créées dans chaque sens, ainsi que les futures nouvelles jonctions d’Ecublens et de Chavannes-près-Renens.

Sont également ciblés la création d’une seconde paire d’entrées et sorties au nord de Lausanne, dans le secteur de la Blécherette, ainsi que l’élargissement prévu du tronçon entre Vennes et Belmont. Et la liste se termine par le contournement autoroutier de Morges, pour lequel l’association écologiste craint qu’il coexiste au final avec l’actuel tronçon traversant cette ville.

A l’appui de ses craintes, l’ATE, explique que les améliorations apportées au réseau routier national feront simplement augmenter encore le trafic individuel motorisé. Et de citer pour preuve la hausse de 10% à 15% constatée sur la ceinture lausannoise depuis 2010. «Des résultats dopés en partie par la création de la bande d’arrêt urgence active (ndlr: utilisation occasionnelle de cette bande comme troisième voie) entre Lausanne et Morges.»

«Des projets connus de longue date»

Pour la conseillère d’Etat Nuria Gorrite, cheffe du Département des infrastructures et des ressources humaines, ces chiffres sont au contraire un signe que les mesures prises sont efficaces. «Elles ont permis une diminution de quelque 5% du trafic sur les routes à l’intérieur de l’agglomération, argumente-t-elle. Et, en parallèle, la fréquentation des transports publics a connu un bond, que ce soit au niveau des trains régionaux, ou encore à celui des bus urbains.» Elle avoue une certaine incompréhension vis-à-vis des critiques de l’ATE-Vaud, «alors que ces projets sont connus de longue date et font l’objet d’un large consensus».

Dimitri Simos, président de l’association à l’origine du communiqué, précise qu’il «ne s’agit pas d’opposer différents modes de transport». Mais qu’il préférerait encore plus d’investissements dans les mobilités douces et les transports publics.

«Il faut trouver un équilibre entre les différents types de mobilité, et à ce titre les projets autoroutiers sont une pièce indispensable du plan d’agglomération, commente pour sa part Claudine Wyssa, syndique de Bussigny et présidente du comité de pilotage du SDOL (Stratégie et développement de l’Ouest lausannois). L’idée est de reporter le trafic de transit sur l’autoroute afin de libérer les routes cantonales et communales pour les transports publics et la mobilité douce. Et l’Ouest lausannois a des projets importants dans ces domaines, avec notamment une ligne de tram et des bus à haut niveau de service.» Loukas Andriotis, chef de projet du Schéma directeur du Nord lausannois (SDNL), abonde dans son sens, citant lui aussi de futurs développements de l’offre de transports publics. (24 heures)

Créé: 15.08.2016, 20h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...